Ce 23 février 2017, de nombreux lycéens ont bloqué et manifesté à Paris pour contester les violences policières et plus particulièrement en soutien à Théo, violé et battu par des policiers lors d’un contrôle. Ils étaient plus d’un millier à se rassembler ce matin, place de la Nation, et clamer leur colère face à l’impunité des forces de l’ordre et l’injustice dont la jeunesse populaire est encore une fois victime. Au total, 16 lycées parisiens ont été totalement bloqués à l’initiative des jeunes. Le ROCML et la JCML soutiennent sans conditions et participent avec leurs forces à toutes les manifestations qui dénoncent les injustices commises dans l’impunité totale par les forces de l’ordre capitaliste. Les événements récents sont encore une fois la preuve qu’il existe une justice de classe dont les jeunes des quartiers populaires paient le prix fort. Nous demandons le retrait immédiat des poursuites contre les lycéens qui ont été arrêtés. Nous condamnons avec force l’intimidation opérée par la Préfecture de Police de Paris sur les réseaux sociaux et médiatiques pour briser tout élan de lutte collective entamée par la jeunesse, utilisant des procédés à la limite de la légalité. Ceci prouve que ce mouvement comme tous ceux qui portent les mêmes revendications inquiètent l’ordre social existant.

 

 

Unité populaire contre la barbarie policière !

Des quartiers populaires aux ouvriers d’air France et Goodyear luttons ensemble contre les répressions !

Barbarie ou communisme !