Print Friendly, PDF & Email

 

Contre la barbarie sioniste
Avec la lutte de libération nationale palestinienne

(Texte disponible sous forme de fichier PDF)

Le conflit qui oppose actuellement Israël et la Palestine a fait plus de 2.000 victimes à Gaza, dont majoritairement des civils et des enfants. Le mouvement marxiste-léniniste de France a une tâche importante en apportant son soutien aux Palestiniens qui luttent contre l’oppression israélienne et la complicité de l’impérialisme français.

La nature du conflit israélo-palestinien

Ce conflit déclenché depuis 1948 n’est pas de nature religieuse comme tentent de le faire croire Israël et ses complices français. Il ne s’agit pas d’une opposition entre juifs et musulmans mais d’une guerre entre un colonisateur israélien qui s’accapare petit à petit des terres et des ressources de la région et les Palestiniens qui sont chassés de leur terre et subissent l’occupation. Il y a donc un oppresseur, l’État israélien, et des opprimés, les Palestiniens. Ce conflit se déroule dans le cadre du système impérialiste mondial : Israël est inséré dans les chaines de l’impérialisme et y joue un rôle de premier plan au Moyen-Orient. Les multinationales israéliennes extrêmement liées aux capitaux US et européens ont besoin de contrôler les territoires palestiniens pour sécuriser leur approvisionnement : lutte pour le contrôle de l’eau, du gaz, des terres agricoles. Ainsi Israël est le gendarme de l’impérialisme européen et US au Moyen-Orient. Il agit pour le repartage du monde en leur faveur et utilise pour cela tout le potentiel militaire qui est mis à sa disposition. En même temps il est un impérialisme régional qui agit pour ses intérêts économiques propres. La Palestine est donc victime des appétits capitalistes et impérialistes. C’est pourquoi les Palestiniens mènent une lutte légitime contre leur oppression nationale.

La Palestine : un intérêt géostratégique
pour les impérialismes occidentaux

Israël et ses alliés ont comme objectif d’étendre leur zone d’influence au Moyen-Orient. Dans un monde déjà partagé entre puissances impérialistes, la guerre est un moyen essentiel pour s’approprier de nouveaux marchés et territoires disposant de matières premières. Il y a d’abord la question du contrôle des gisements de gaz qui se situent à 30 km au large de Gaza. En 1999, des accords avaient été signés par la compagnie britannique British Gas et l’Autorité Palestinienne (montrant bien aussi la liaison des dirigeants du Fatah palestinien avec l’impérialisme car 10 % des actions devaient revenir à l’Autorité Palestinienne). Israël a empêché cet accord. Les Britanniques se sont alors tournés vers Israël mais le Hamas a refusé ces accords sur le gaz. De son côté, l’Autorité Palestinienne s’est tournée vers la Russie et la société Gazprom pour l’exploitation du gaz. La formation du gouvernement d’union nationale le 2 juin 2014 a renforcé ces perspectives. Moins d’un mois après, l’offensive israélienne a été déclenchée contre Gaza afin d’affaiblir le Hamas et l’union nationale palestinienne. L’objectif, pour l’impérialisme occidental, est d’empêcher tout rapprochement entre les dirigeants palestiniens et l’impérialisme russe pour le contrôle du gaz car il s’agit d’un concurrent qui tente de s’approprier leur zone d’influence. Cette guerre est donc en partie liée à l’aggravation de la lutte pour le partage du monde entre grandes puissances. Le peuple palestinien est la première victime car cette lutte se fait à son détriment. Il subit l’oppression nationale et se trouve dans l’impossibilité de se constituer en État politiquement indépendant. Son droit à l’autodétermination est nié. La Palestine est actuellement un enjeu essentiel des rivalités interimpérialiste au Moyen-Orient. Ce conflit dépasse le cadre national israélo-palestinien et a une portée internationale. Les Occidentaux essayent de contenir l’influence grandissante de l’Iran alliée de la Russie et de la Chine. Il s’agit donc d’une guerre de chacals entre les différents impérialismes pour s’approprier les ressources et les territoires stratégiques du Moyen-Orient. Bien entendu, les premières victimes sont les peuples de la région et en particulier le peuple palestinien.

Les communistes solidaires du peuple palestinien

Les communistes participent au mouvement de solidarité pour le peuple palestinien, car ils sont porteurs des principes d’internationalisme. Nous sommes solidaires des peuples qui subissent l’impérialisme et qui sont privés de leur droit à l’autodétermination. La lutte de libération nationale du peuple palestinien fait donc partie intégrante du combat que mène le prolétariat contre l’impérialisme. Pour les communistes français, il s’agit d’affaiblir les positions de l’impérialisme français au Moyen-Orient et de dénoncer sa complicité avec Israël. À l’heure actuelle, les communistes doivent soutenir l’ensemble du mouvement national palestinien qui s’oppose au colonisateur sioniste. Face à un État colonial soutenu par les grandes puissances et institutions de ce monde, la lutte armée du peuple palestinien est légitime. Dénonçons l’expansion de l’impérialisme sioniste et la complicité de l’État impérialiste français. Combattons la criminalisation, orchestrée par le gouvernement PS, du mouvement de solidarité pour la Palestine. Soutenons l’ensemble de la résistance nationale palestinienne pour la fin des bombardements et de la colonisation, la levée du blocus de Gaza, le retour des réfugiés et la libération des prisonniers palestiniens et enfin et surtout pour le droit à l’autodétermination du peuple palestinien. Cette lutte fait partie intégrante de la lutte que mène le prolétariat contre le capitalisme impérialiste.