Grève générale en Guyane contre l’Etat français

 

Depuis plusieurs jours la Guyane connaît un mouvement social d’ampleur qui se traduit par la paralysie totale du pays. Les syndicats, soutenus par la majorité de la population et divers collectifs citoyens, réunis au sein de l’Union des Travailleurs Guyanais (UTG) ont voté samedi à l’unanimité la grève générale, à compter de lundi en Guyane.

 

Quel est la cause de ce mouvement et quelles sont les revendications des travailleurs et des couches populaires de Guyane ?

 

Principalement c’est un ras le bol généralisé face à une situation économique, sociale et sanitaire désastreuse qui a poussé la Guyane à la révolte. C’est en effet un des départements les plus pauvres de France (taux de chômage de plus de 22% contre 10 en métropole) qui souffre d’un manque chronique en infrastructures de transports, en hôpitaux, en écoles et qui est structurellement sous-industrialisé et sous-développé du fait des politiques coloniales menées depuis des siècles par l’Etat français. C’est justement l’inquiétude sur l’avenir du centre médico-chirurgical de Kourou (vendus pour un euro symbolique) qui a été l’élément déclencheur des grèves et des barrages routiers. Face aux revendications légitimes de la population, à savoir plus de services publics, l’amélioration des conditions de vie et des salaires (pour seulement rejoindre les « standards » métropolitains), l’Etat colon n’a répondu que par le mépris en envoyant une simple délégation de hauts fonctionnaires pour négocier avec les syndicats. Aucun ministre n’a daigné se déplacer, preuve de leur indifférence à l’égard de la situation pourtant dramatique des populations locales. Il a fallu attendre la grève générale entamé lundi pour que le gouvernement annonce l’arrivée de ministres en urgence.

 

Les grévistes ont fait preuve de clairvoyance et de détermination en refusant de participer à un tel simulacre de négociations. Ils montrent que c’est par la seule lutte et l’unité que les revendications des travailleurs ont une chance d’aboutir et de faire plier le gouvernement à la solde du capital.

 

Solidarité avec les travailleurs de Guyane dans leur combat ! Seule la lutte paie !

 

Pour des conditions de vie dignes et à la hauteur des besoins en Guyane !

 

A bas la politique coloniale de la France en Guyane !

 

C’est au peuple guyanais à décider de son destin !

 

ROCML, le 29 mars 2017