En pleine actualité « favorable » à la bourgeoisie, le Ministre des finances fait passer un projet de loi actuellement débattu au Parlement qui vient casser toute sécurité de l’emploi et fait revenir les conditions de travail à un autre temps.

Alors que la CGT connait actuellement une crise en son sein, telle que les déboires du secrétaire général poussé vers la sortie, l’unique syndicat en capacité à mobiliser les travailleurs contre cette loi est paralysé. En preuve, la très faible mobilisation du 26 janvier contre le projet Macron où la confédération de la CGT était plus occupée à remplacer le secrétaire démissionnaire qu’à organiser un mouvement.

La population quant à elle est plus préoccupée par la prétendue « islamisation » de la France, de son « invasion » probable par les musulmans suite au traumatisme qu’a créé l’attentat du 7 janvier plutôt que par les incessantes attaques du capital sur nos conditions de travail et de vie.

La loi Macron, une loi avant tout contre les travailleurs

Un an et demi après la loi dite de “sécurisation” de l’emploi, qui avait déjà largement facilité les licenciements économiques et permettait aux patrons d’outre passer la direction du travail et ses inspecteurs pour conclure des PSE par des accords d’entreprise (prenant le dessus sur le code du travail), Macron vient avec une loi bradant toujours plus les salariés et les livrant à un degré supérieur de précarité.

Ainsi, le patronat aura la quasi liberté de licencier qui il veut quand il veut et ce sans motif. Ce faitpourrait ainsi faire retourner les travailleurs à un autre temps où l’ouvrier syndicaliste, même simplement contestataire, se faisait licencier et inscrire sur une liste noire par le patronat et vivait alors dans la pauvreté et le chômage. C’est un coup dur pour l’ensemble des travailleurs et particulièrement pour les syndicats d’entreprises qui doivent absolument se battre pour barrer la route à ce projet.

Il faut prendre conscience qu’une telle loi aura réellement des conséquences sur nos vies dans nos entreprises. Sans un mouvement d’ampleur et d’une large masse de travailleurs pour abroger cette loi et toutes les réformes prises par les différents gouvernements qui vont à l’encontre de nos intérêts, le Capital continuera à détruire les acquis que gagnés par nos ainés. Nous créons l’ensemble des richesses de la société, se battre pour une vie décente n’est pas du vol ou de la mendicité mais bien un acte légitime pour récupérer les fruits de notre travail.

ABROGATIONS DE TOUTES LES REFORMES PASSEES ET PRESENTES QUI AFFAIBLISSENT LE PROLETARIAT

MENONS LA LUTTE POUR ABROGER CES REFORMES REACTIONNAIRES AFIN DE RENFORCER LE PROLETARIAT

TOUS DANS LA RUE LE 9 AVRIL

loi_macron