La tâche prioritaire des jeunes révolutionnaires :

La reconstruction du Parti Communiste Marxiste-Léniniste

Depuis quelques années, des jeunes se tournent vers le marxisme-léninisme car le capitalisme ne peut plus apporter de solutions à leurs problèmes. Ils voient dans les écrits communistes les outils nécessaires pour se forger une analyse politique de classe afin de résister à l’offensive du capital. Cette tendance est bien entendue positive néanmoins, peu de communistes se sont réellement engagés dans la réalisation de la tâche prioritaire de tous les révolutionnaires de France, à savoir la reconstruction d’un état-major révolutionnaire. Avoir conscience qu’il faut créer un Parti indépendant de la classe ouvrière, c’est refuser de céder au brouillard idéologique que disperse la bourgeoisie auprès de tous les militants révolutionnaires, c’est comprendre que sans son Parti, la classe ouvrière ne peut plus mener victorieusement sa lutte de classe. C’est en fait la tâche de tous les jeunes communistes.

LA JEUNESSE COMMUNISTE

A LA REMORQUE D’UNE STRATEGIE REFORMISTE

 

La JC est l’organisation de jeunesse du PCF. Ces deux organisations « s’enrichissent mutuellement » d’après les statuts de la JC proposés au Congrès de décembre 2014. De fait, si la base militante de la JC parait plus radicale que le PCF, il n’en reste pas moins que les perspectives politiques de la JC correspondent à la stratégie mise en place par le PCF au sein du Front de Gauche. L’objectif de la JC reste un hypothétique « dépassement du capitalisme », formule vague qui permet de faire cohabiter des tendances révolutionnaires avec l’ensemble des militants réformistes. Mais les militants communistes de la JC peuvent se poser la question : que se cache-t-il derrière ce « dépassement du capitalisme » ? Concrètement, on se rend compte que cette formule signifie la transformation du capitalisme par voie parlementaire. C’est une alliance avec les partis bourgeois au pouvoir alors que ceux-ci mènent une politique de classe en faveur du capital. En vérité, la JC est sous l’influence politique du PCF et malgré la présence de militants révolutionnaires honnêtes, elle applique la stratégie réformiste du PC.

Pour nous, il n’y a pas de solution dans un parti qui se fixe comme objectif l’aménagement du système capitaliste par le biais d’une majorité parlementaire, soutenu par le mouvement ouvrier. Donner une caution au PCF en s’organisant au sein de ses structures reviendrait à détourner le mouvement ouvrier de ses objectifs historiques. En effet, la perspective mise en avant par les réformistes d’une « majorité alternative » n’est pas une solution qui permettrait de développer les luttes et la conscience de classe de ceux qui refusent l’austérité.

Seul le rassemblement des militants politiques révolutionnaires communistes se liant aux militants syndicaux et de classe trempés dans la lutte peut permettre un pas en avant vers la perspective révolutionnaire. Ce n’est pas parce qu’on ne va pas prendre le pouvoir et construire le socialisme dès demain qu’il ne faut pas aujourd’hui s’organiser pour cet objectif. Repousser à demain la création d’une organisation révolutionnaire, être à la JC en attendant que le Parti soit créer pour ensuite le rejoindre, c’est croire que le Parti peut tomber tout prêt du Ciel. En gros, c’est repousser à jamais la reconstruction en France d’un Parti communiste.

Pourtant, la jeunesse révolutionnaire de France est courageuse. Elle a su dans le passé être à la pointe du combat communiste. C’est elle qui a appuyé de tout son poids la création d’une section française de l’Internationale communiste, c’est elle qui a mené la lutte anti-impérialiste des années 20, c’est elle qui a versé son sang dans la lutte pour la libération nationale de 1940-44. Il ne fait aucun doute que, conscients des besoins du présent, les jeunes révolutionnaires venus au marxisme-léninisme s’engageront dans la tâche prioritaire de la reconstruction du mouvement communiste en France.

CONSTRUIRE LE PARTI COMMUNISTE

LA PRIORITE DE TOUS LES JEUNES COMMUNISTES

 

Marx et Engels ont montré que le prolétariat a une mission historique, c’est de renverser la société bourgeoise afin de se libérer de son exploitation. En accomplissant cela, ils libéreront l’ensemble des couches laborieuses de la société qui subissent le joug du capitalisme. Cependant, pour accomplir leur mission, ils ont constaté que le prolétariat doit s’organiser dans un parti politique indépendant de la bourgeoisie, un parti communiste. Ainsi, pour réaliser les objectifs politiques du prolétariat, pour donner de la force à cette classe, pour développer sa conscience de classe, il faut un Parti communiste solide.

En 1900, Lénine constate que la lutte pour des réformes économiques est mise au premier plan au détriment de la lutte politique et révolutionnaire de la classe ouvrière :

« La lutte économique a une importance prépondérante, on relègue au second plan les objectifs politiques du prolétariat, on les rétrécit et on les limite, on prétend même que vouloir constituer un parti indépendant en Russie, c’est se borner à reprendre les paroles d’autrui, et que les ouvriers doivent se cantonner à la lutte économique, en laissant la politique aux intellectuels alliés des libéraux »[1].

 

Ces phrases sont écrites au moment où Lénine définit les moyens de créer un Parti politique de classe, indépendant, qui serait en mesure de prendre le pouvoir à la bourgeoisie. Dans la situation actuelle d’absence d’un parti communiste en France, l’expérience des communistes bolcheviks est essentielle à assimiler afin de reconstruire cet outil. Effectivement, aujourd’hui aussi, la lutte syndicale, économique domine le mouvement ouvrier. L’action politique de la classe ouvrière est en retrait. Le réformisme se contente de tenter de mobiliser les ouvriers sur les élections bourgeoises. Les partis réformistes se partagent les rôles avec les dirigeants syndicaux sous leur influence. Ils interviennent peu lors des mouvements de lutte mais tentent lors des élections politiques de réorienter la colère des travailleurs vers leurs partis. Au contraire des réformistes, les militants communistes et révolutionnaires pensent que mettre en avant des objectifs politiques au sein du mouvement ouvrier est une tâche essentielle pour renforcer l’unité politique des travailleurs face à leur adversaire de classe. Ils lient leurs revendications pour des réformes au but final qu’est la révolution socialiste. Ils ne se contentent pas comme les réformistes d’utiliser les retombées des luttes ouvrières pour faire aboutir leurs visées parlementaires au sein du système parlementaire bourgeois, ils ne laissent pas les intérêts politiques du prolétariat aux « intellectuels alliés des libéraux ».

En France, cette politique léniniste a bien existé lorsque le PCF était révolutionnaire. Le Parti mettait la lutte politique du prolétariat en avant, la liant aux revendications économiques. Ce fut le cas lors de la lutte anticoloniale au Maroc. En 1925, le PCF lança des grèves politiques dénonçant l’action de l’armée, française et réclamant dans le même temps des augmentations de salaires.

Ainsi, comme le remarque Maurice Thorez en 1931 :

Grâce à l’existence d’un parti marxiste-léniniste, « avec le développement de la conscience de classe, avec la création des organisations ouvrières (syndicats et Parti), nous commençons à trouver des grèves politiques. C’est-à-dire des grèves dont les ouvriers eux-mêmes ont souligné consciemment le caractère politique en ajoutant des mots d’ordre politiques aux revendications économiques, et même en mettant au premier plan la revendication politique»[2].

Dans la situation actuelle, la priorité est la création d’un parti communiste en rassemblant tous les militants marxistes-léninistes qui ont conscience que seule la Révolution et le Socialisme permettront au prolétariat de se libérer du capitalisme. La création du Parti est donc une tâche spécifique et importante pour tout communiste. Lénine après Marx a remarqué que le mouvement communiste nait de la fusion entre les communistes maîtrisant la science marxiste et l’avant-garde militante du mouvement ouvrier. Cette fusion lorsqu’elle se produit permet l’émergence d’un parti communiste mais il n’y a pas de recette miracle pour obtenir ce résultat. Comme l’explique Lénine, Dans chaque pays, cette fusion a été un produit de l’histoire, s’est opérée par des voies originales, selon des circonstances de temps et de lieux »[3].

Le PCF d’aujourd’hui n’est plus marxiste-léniniste, ni révolutionnaire. Comment créer un Parti ? En luttant au sein du PCF ? Hélas non, le nouveau parti communiste ne verra pas le jour comme en 1920 car les circonstances d’aujourd’hui sont différentes. Il n’existe pas de pays socialiste capable d’influencer le mouvement ouvrier de France, de fournir des moyens matériels. Il n’existe pas comme à la fin de la 1ère Guerre Mondiale une poussée révolutionnaire dans la classe ouvrière. La conscience politique des masses n’est pas aussi élevée. Le PCF est depuis trop longtemps ancré dans le réformisme, il n’y a plus de possibilités pour lui de redevenir communiste. Sa base n’est plus ouvrière comme auparavant (voir les analyses de Mischi). Il est aussi nécessaire de tenir compte de la situation internationale où le mouvement communiste est très affaibli. Le réformisme est en contrepartie une force organisée dans le mouvement ouvrier. S’organiser dans le PCF, ancré depuis des décennies dans le réformisme, pour le transformer de l’intérieur est une impasse avérée par l’histoire du mouvement communiste. Il est nécessaire dans la situation actuelle de réunir et d’organiser les communistes véritables afin de construire une force politique indépendante organisationnellement, politiquement et idéologiquement. Ce parti ne tombera pas du ciel du jour au lendemain.

Pourquoi cette organisation indépendante est-elle si importante ? Lénine explique que :

« Sans cette organisation, le prolétariat est incapable de s’élever à une lutte de classe consciente : sans cette organisation, le mouvement ouvrier est condamné à l’impuissance »[4].

Cette citation est valable tant que le capitalisme n’est pas renversé et les faits démontrent la véracité de l’analyse léniniste. Il n’existe actuellement pas de lieu d’assimilation de l’expérience des luttes, de la politique de la bourgeoisie, d’analyse générale de la société. De plus le mouvement est impuissant car il se limite à la lutte pour des réformes économiques. Il n’a pas d’objectifs politiques et sans cela évidemment, pas de dynamisme ou d’énergie. Il reste faible, ne grandit pas. Le réformisme quant à lui utilise l’énergie du mouvement ouvrier vers des buts limités, soumis à des impératifs de conciliation avec le système capitaliste.

Les communistes ont donc une tâche fondamentale aujourd’hui : reconstruire un Parti communiste indépendant organisationellement du vieux PCF réformiste. Que doit-on attendre des militants communistes répondant à cette tâche ? Comme Lénine l’évoque dans Que faire ?, nous devons rassembler les militants révolutionnaires, formés théoriquement au marxisme-léninisme, trempés dans la lutte de classe et gagnant une envergure nationale[5]. En effet, le parti communiste bolchévik d’Union Soviétique, grand par son expérience pour le mouvement communiste international, n’est pas devenu fort par hasard mais parce que ses dirigeants, ses cadres (parmi lesquels Lénine, Staline, Kalinine, Sverdlov…) avaient une haute conscience des tâches du mouvement pour le faire progresser et vaincre.

Est-ce qu’aujourd’hui le PCF peut se prévaloir de réutiliser cette expérience ? Quel parti aujourd’hui révèle aux travailleurs les méfaits du capitalisme ? L’abandon depuis des décennies d’une orientation clairement communiste et de classe empêche le PCF d’être le levier pour transformer la situation actuelle.

Mais alors quelle solution ? S’organiser pour construire un Parti communiste pour le prolétariat de France. Les jeunes communistes ont toute leur place dans ce processus. Les marxistes-léninistes qui mettent en avant la nécessité du Parti ont conscience des difficultés, de leur isolement actuel, de l’étendue de la tâche actuelle. Effectivement, aujourd’hui s’engager dans la JC peut sembler plus simple du fait du nombre, de ses moyens matériels, mais malheureusement, ça n’apporte pas de perspectives de progrès pour le mouvement ouvrier sauf la mise au pas des éléments révolutionnaires par les réformistes, derrière le FDG et à voter PS aux élections. Face à l’offensive du capital, on ne peut pas limiter notre riposte à ce type de conciliations bourgeoises !

Face à l’étendue de nos tâches et à nos difficultés, nous devons agir en communiste. Comme l’explique Staline à propos de tous les éléments défaitistes au sein du mouvement ouvrier :

«  La lutte du prolétariat n’est pas une avance ininterrompue, une chaîne continue de victoires. La lutte du prolétariat a aussi ses épreuves et ses revers. Le véritable révolutionnaire n’est pas celui qui fait preuve de courage dans la période de l’insurrection triomphante, mais celui qui, tout en combattant bien durant l’avance victorieuse de la révolution, fait preuve de tout autant de courage quand la révolution bat en retraite, quand le prolétariat connait la défaite, celui qui ne perd pas la tête et ne flanche pas quand la révolution subit des revers, quand l’ennemi remporte des victoires ; qui n’est pas pris de panique ni ne perd espoir quand la révolution est en recul »[6].

Ne pas flancher aujourd’hui, c’est ne pas renoncer à organiser la classe ouvrière sur la base de ses intérêts de classe et dans un parti indépendant de la bourgeoisie. Voilà ce qu’est être un communiste au XXIème siècle.

JCML

janvier 2015                                                                   

 

[1] Lénine, Par où commencer ?, 1900

[2] Thorez M., « La grève politique de masse », in Cahiers du bolchévisme, n°1, janvier 1930.

[3] Lénine, Par où commencer ?, 1900

[4] Idem.

[5] Voir le chapitre 2, la formation du POSDR dans l’Histoire du Parti Communiste bolchevik d’Union Soviétique, 1939.

[6] Staline J., écrit en 1924, in Les questions du léninisme.