Kanaky – Nouvelle Calédonie :
une colonie en lutte pour son indépendance,
contre l’occupation française

LA VOIX DES COMMUNISTES, no 30, 2e semestre 2022 – p. 26-32

Ces derniers mois, l’actualité dans les colonies françaises d’outre-mer a été très riche, que ce soit dans les Antilles avec les protestations de l’automne 2021 ou en Kanaky avec le troisième référendum d’auto-détermination prévu par les accords de Nouméa. Cet article s’intéressera principalement à la situation en Kanaky.

Le 12 décembre 2021, a eu lieu le troisième référendum d’auto-détermination. Pour contextualiser, commençons par un bref rappel historique.

La Kanaky est une colonie française depuis 1853, elle est dans un premier temps une colonie pénitentiaire avant de devenir une colonie de peuplement avec ses corolaires : occupation militaire, accaparement de terres, expulsions, massacres, asservissement et cantonnement des populations autochtones. En plus de cette violence directe contre le peuple kanak, s’ajoutent les maladies. Conséquence : entre 1853 et 1920 la population kanak a chutée de moitié.

En 1946, la colonie prend le statut de territoire d’outre-mer et les Kanak deviennent officiellement des citoyens français même si dans la pratique ils restent des citoyens de seconde zone. Malgré ce changement de statut et l’émergence du mouvement indépendantiste kanak, l’État français amplifie sa politique de colonisation de peuplement.

Le 19 juillet 1972, le premier ministre français Pierre Messmer écrit[1] :

La Nouvelle-Calédonie, colonie de peuplement, bien que vouée à la bigarrure multiraciale, est probablement le dernier territoire tropical non indépendant au monde où un pays développé puisse faire émigrer ses ressortissants.

Il faut donc saisir cette chance ultime de créer un pays francophone supplémentaire. La présence française en Calédonie ne peut être menacée, sauf guerre mondiale, que par une revendication nationaliste des populations autochtones appuyées par quelques alliés éventuels dans d’autres communautés ethniques venant du Pacifique.

À court et moyen terme, l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des départements d’outre-mer (Réunion) devrait permettre d’éviter ce danger en maintenant et en améliorant le rapport numérique des communautés.

À long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants.

Afin de corriger le déséquilibre des sexes dans la population non autochtone, il conviendrait sans doute de faire réserver des emplois aux immigrants dans les entreprises privées. Le principe idéal serait que tout emploi pouvant être occupé par une femme soit réservé aux femmes (secrétariat, commerce, mécanographie).

Sans qu’il soit besoin de textes, l’administration peut y veiller.

Les conditions sont réunies pour que la Calédonie soit dans vingt ans un petit territoire français prospère comparable au Luxembourg et représentant évidemment, dans le vide du Pacifique, bien plus que le Luxembourg en Europe.

Le succès de cette entreprise indispensable au maintien de positions françaises à l’est de Suez dépend, entre autres conditions, de notre aptitude à réussir enfin, après tant d’échecs dans notre Histoire, une opération de peuplement outre-mer.

 

 

Malgré cette politique active de "grand remplacement", les luttes pour l’indépendance du peuple kanak dans les années 1980 sont parvenues à arracher à l’État français la signature d’accords (Matignon-Oudinot en 1988 et Nouméa en 1998) rentrant dans le principe d’un processus de décolonisation. Certaines compétences secondaires sont transférées progressivement vers la Kanaky, même si le régalien (par exemple la monnaie, la police, la justice entres autres) reste du ressort de l’État français.

Ces mêmes accords repoussent l’autodétermination d’une vingtaine d’années. Un premier référendum a lieu le 4 novembre 2018, puis un second le 4 octobre 2020. Nous, ROCML, avions déjà écrit un article à la suite du premier référendum[2].

Au cours de ces deux premiers votes, les thématiques principales développées par les opposants à l’indépendance étaient les suivantes :

– si l’indépendance survient il y aura des violences, pillages et expropriations par les Kanak envers les autres communautés;

– infantilisation des Kanak qui ne sauraient pas gérer un État (si le pays devient indépendant, le pays va devenir un État corrompu du Tiers Monde comme le voisin vanuatais).

 

 

Malgré ces campagnes de terreur visant à souder l’électorat non kanak contre l’indépendance ainsi que les difficultés pour de nombreux Kanak à s’inscrire sur les listes électorales ou de réaliser des procurations pour ceux résidant en métropole, les résultats ont été bien plus équilibrés que ce qu’espérait la bourgeoisie coloniale. De plus, entre les deux référendums, le "oui" a progressé de façon significative (43,33 % en 2018, 46,74 % en 2020), ralliant notamment à lui un nombre croissant parmi les habitants originaires des autres peuples du Pacifique.

La date du troisième référendum prévu par l’accord de Nouméa a été fixé au 12 décembre 2021 en pleine période de pandémie de coronavirus. Elle a été maintenue malgré la demande de report du scrutin par les différentes organisations indépendantistes en raison du fait que le coronavirus a entrainé des mesures restrictives empêchant et repoussant les cérémonies de deuil (qui sont des rituels très importants pour la communauté kanak), ainsi que des difficultés à faire une campagne "normale".

En plus des deux thématiques principales mises en avant lors des consultations antérieures par les opposants à l’indépendance, une troisième a fait son apparition, elle concerne la Chine et peut se résumer sommairement ainsi : "si la France part, la Chine arrivera et sera bien plus brutale que ne l’est la France". Bref, c’est l’impérialisme qui dénonce l’impérialisme et l’hôpital qui se fout de la charité.

Face à ce passage en force et ce mépris flagrant à l’encontre des Kanak, les organisations indépendantistes annoncent ne pas participer au référendum et le résultat final donne une large victoire du "non" avec une participation très faible (44 %).

Le bilan à l’issu de ces trois votes est le suivant : La bourgeoisie coloniale (métropolitaine et locale) estime en avoir terminé définitivement avec la question de l’indépendance de la Kanaky en soldant les trois référendums définis par les accords de Nouméa en 1998. Sonia Backès (présidente du groupe Les Républicains Calédoniens au congrès de la Nouvelle-Calédonie, présidente de la province Sud, et nommé en juillet 2022 Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, chargée de la Citoyenneté)[3] : "Nous avons décidé en notre âme et conscience de rester français"; "l’Histoire n’a de sens que celui que nous voulons bien lui donner"; "la question de l’appartenance à la République ne se pose plus"; "ce n’est plus négociable". Emmanuel Macron[4] : "La Nouvelle-Calédonie restera donc française."

 

 

Du côté des indépendantistes, le maintien de ce référendum est considéré comme un mépris du peuple kanak et de sa culture, et le résultat qui en découle est jugé illégitime, l’accord de Nouméa n’est pas considéré comme soldé et le droit à l’autodétermination du peuple kanak demeure, tandis que le territoire est toujours sur la liste de l’ONU des territoires à décoloniser.

Roch Wamytan, président du Congrès de la Nouvelle Calédonie et dirigeant du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS)[5] :

Pour nous, ce n’est pas le troisième référendum. Nous considérons qu’en termes de légitimité juridique et politique, il n’y a que deux référendums, 2018 et 2020. Celui-là, c’est le référendum de l’État français et de ses soutiens en Nouvelle-Calédonie, pas le nôtre.

Le mot d’ordre de non-participation a été amplement suivi et est considéré comme une victoire politique par le camp indépendantiste.

Puisque les référendums n’ont pas permis d’obtenir l’indépendance, des négociations doivent s’ouvrir pour définir le nouveau statut colonial du pays. Ces négociations s’annoncent compliquées, étant donné que la bourgeoisie coloniale estime en avoir terminé avec les questions d’indépendances et ne se sent plus tenue par les accords qui prévoyaient de figer le corps électoral pendant la durée de validité des accords. Si ces dispositions relatives au corps électoral sont abrogées ‑ ce qui est un objectif affiché de la bourgeoisie coloniale locale ‑, il est très probable que l’ouverture aux populations allogènes renforce à l’avenir le poids électoral et politique de la France.

Face à ce qui s’apparente à une impasse politique, l’avenir s’annonce donc assez incertain. Ce qui est certain par contre, c’est qu’il y a ici une nouvelle démonstration pour le peuple kanak et les autres peuples dominés, des limites d’une voie purement légaliste dans laquelle la puissance coloniale dicte les règles. Dorénavant, la lutte pour l’indépendance va devoir prendre une nouvelle forme, qui reste à définir par les différentes organisations indépendantistes existantes ou futures.

La France colonialiste dispose de soutiens diversifiés

Il est aussi intéressant de s’attarder un peu sur les positions politiques des organisations liées à la gestion de gauche de l’appareil d’État capitaliste et impérialiste.

La France insoumise est par exemple constamment dans l’ambigüité en affichant en façade dans certains communiqués et interventions médiatiques, un attachement à la légitimité des questions relatives à l’indépendance et à la libre détermination des peuples, mais dans la réalité en défendant des positions toujours chauvines et occultant ou minimisant la réalité coloniale.

Dans un document assez long et détaillé (Rapport d’information intitulé "Mers et océans : quelle stratégie pour la France?" coécrit par Mélenchon et Son-Forget en 2017) se trouvent une multitude d’extraits intéressants[6].

La France, grâce notamment à sa présence Outre-mer, dispose du deuxième domaine maritime mondial. Il couvre près de 11 millions de km2.

En tant que nation maritime nous devons donner l’exemple et protéger plus efficacement encore les mers et les océans se trouvant sous juridiction française.

Le vaste domaine maritime français est un avantage. C’est une responsabilité. Comment faire face aux deux? C’est le sujet d’un débat. Pour qu’il s’organise encore faut-il que ces enjeux et défis soient correctement identifiés.

Cette thématique apparait extrêmement souvent dans les prises de position de LFI, comme par exemple dans l’intervention à l’Assemblée du député LFI Michel Larivesur qui affirme la "nécessité pour la France de quitter l’OTAN"[7].

Dans l’extrait suivant de "Mers et océans", Mélenchon s’inquiète de la diminution de la présence militaire française dans les eaux territoriales revendiquées par la France :

A. La France délaisse sa zone économique exclusive

La zone économique exclusive française, présente dans tous les océans, est la deuxième du monde. Les forces de souveraineté, basées dans les territoires ultramarins (Antilles, Guyane, Réunion, Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française) sont notamment investies de missions de préservation des droits souverains de la France sur la zone économique exclusive (ZEE) s’y rattachant. Ces forces armées peuvent être mobilisées pour faire face à des menaces de nature militaire et sécuritaire ou pour pallier les conséquences de catastrophes naturelles.

Si les moyens de surveillance se sont récemment renforcés, grâce notamment aux progrès technologiques (surveillance satellitaire, oiseaux de mer équipés de balises…), les capacités d’intervention dans les eaux sous juridiction française se sont, ces dernières années, considérablement amoindries. Les coupes budgétaires successives et les besoins des forces de la Marine nationale sur de nouveaux théâtres ont conduit la France à laisser les zones de l’océan sous sa juridiction avec une présence et une protection amoindries. Les conclusions du Livre blanc de 2008 avaient préconisé de réduire de moitié les capacités militaires françaises dans le Pacifique, "y laissant des forces à peine suffisantes pour exprimer la souveraineté de notre pays sur ces territoires"[8] selon les mots du vice‑amiral Jean-Louis Vichot. La réorganisation engagée par les précédentes lois de programmation militaire (LPM) a conduit à des réductions de près de 25 % des effectifs. Cette baisse s’est avérée particulièrement forte dans le Pacifique. La Polynésie française a par exemple perdu 50 % de ses effectifs. En outre, une érosion inquiétante de certaines capacités opérationnelles s’est faite jour pour les moyens aériens et maritimes indispensables aux missions des forces de souveraineté.

La réduction des moyens a provoqué une baisse des capacités opérationnelles des forces de souveraineté, notamment dans le domaine des moyens navals, compte tenu de l’étendue de notre zone économique exclusive.

Les justifications invoquées pour défendre cette position sont multiples; certaines semblent sincères sur la défense des intérêts français : accès aux nombreuses ressources halieutiques via les invocations sur la lutte contre la pêche illégale, accès aux ressources minières (nodules polymétalliques, terres rares, cobalt notamment) et pétro-gazières, lutte d’influence avec les autres puissances impérialistes, etc. D’autres le semblent moins (ou de façon moins importante) : recherche scientifique, protection de l’environnement, lutte contre la piraterie et le narcotrafic, etc.

À aucun moment, il n’est fait état des territoires, des peuples endogènes et de leurs justes revendications sur leur souveraineté ‑ certes cela n’est pas le sujet premier du texte cité, mais cette absence est tout de même significative.

Abstraction faite des ambigüités savamment entretenues par Mélenchon pour les besoins de la propagande électorale, le principe de base sur lequel repose le projet politique de LFI, c’est la promotion de l’empire impérialiste français, empire dont les "DOM-TOM" sont, selon la vision du capital monopoliste "français", parties intégrantes. Le souci de Mélenchon est de prendre soin de la grandeur de cet empire, de la "préservation des droits souverains de la France", que ce soit en "métropole" ou dans les "territoires ultramarins" présents "dans tous les océans".

Pour Mélenchon, pas la peine d’évoquer le sort particulier des populations dans les colonies comme la Kanaky, il agira pour le bonheur de tous[9] :

L’action sera menée au nom de l’intérêt général humain […] Le peuple va la mener […]  Le peuple, c’est-à-dire cette multitude quand elle devient citoyenne.

Par contre, il insiste en long et en large sur des propositions visant à étendre l’influence de la France ainsi conçue au-delà des frontières officielles. Voir par exemple "L’Avenir en commun : Le programme pour l’union populaire"[10], dans la section "Ordonner le monde", le chapitre "Une diplomatie altermondialiste pour la paix".

Introduction du chapitre :

Les quinquennats Sarkozy, Hollande et Macron ont enfermé la France dans l’OTAN dans une vision étroitement "occidentale" du monde qui aggrave les tensions mondiales. Pour promouvoir la paix et la coopération, retrouver une voix indépendante est une nécessité.

Le sommaire du chapitre va de "71 ‑ Assumer l’indépendance de la France dans le monde" à "81 – Passer à la francophonie des peuples". On y trouve "77 ‑ Les Outre-mer, fer de lance d’une diplomatie écologique altermondialiste" :

Le devoir de la France est fixé par ses responsabilités. Elle doit être le fer de lance d’une diplomatie universaliste. Les Outre-mer en seront les points d’appui.

Faire des Outre-mer des pôles régionaux de codéveloppement : transfert de technologies auprès des pays voisins, […] coopération militaire de maintien de la paix. Rejoindre les coopérations régionales : la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (CELAC) pour les Antilles et la Guyane française, l’Union africaine pour Mayotte, rejoindre la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA) et participer activement à l’Association des États riverains de l’océan Indien (IORA) pour La Réunion. […] Construire l’avenir de la Nouvelle-Calédonie dans le respect des référendums, en lien avec les territoires voisins.

En vue des élections législatives, en profitant du désarroi qui touche les organisations politiques à "coloration" de gauche, Mélenchon a réussi à bricoler la "Nouvelle union populaire, écologique et sociale". Même le NPA s’y est associé et son noyau traditionnel s’est accroché à cette bouée de sauvetage jusqu’aux ultimes conséquences. Il persiste à soutenir la NUPES alors que Mélenchon n’a nullement daigné lui concéder un strapontin de député. Pendant les élections le NPA a utilisé le mot d’ordre "Construisons une gauche de combat unitaire et anticapitaliste" pour soutenir les candidats de LFI, et il continue à s’en servir pour maintenir ses liens avec la NUPES[11].

Face aux prétentions politiques de Mélenchon qui, tout en s’adressant au "peuple", s’efforce plus particulièrement à concurrencer les organisations ouvrières traditionnelles auprès des travailleurs, nous avons régulièrement critiqué la démagogie manipulatoire et le caractère illusoire de ses propositions en matière d’économie. Mais compte tenu de la portée globale des orientations dont il fait la promotion, on ne doit pas se focaliser unilatéralement sur les aspects économiques spécifiques que Mélenchon met en avant. Ils sont essentiels pour lui attirer la faveur de ceux qui portent leur espoir sur lui, mais il faut insister tout autant sur les aspects abordés ci-dessus, qui relèvent fondamentalement et exclusivement de l’idéologie et des intérêts économiques et politiques globaux de la classe capitaliste et de l’impérialisme français. Le soutien à l’intervention impérialiste en Libye en 2011 en est un autre exemple[12].

Quant au PCF, il présente des orientations tout à fait similaires, teintés cependant d’un pragmatisme hypocrite qui les distingue légèrement de la mégalomanie façon Mélenchon. Voici un extrait du programme "La France des jours heureux ‑ Projet pour un pacte social, écologique, républicain"[13]. La partie "Moyen n°2 : Bâtir une nouvelle République, Rendre au peuple sa pleine souveraineté" comporte, dans un passage intitulé "Transformer profondément les rapports avec nos compatriotes d’Outre-Mer", le paragraphe suivant :

149. Une discussion sera menée avec les élu‑e‑s et les populations sur le statut de ces territoires. Il s’agit d’aller vers davantage d’autonomie.

Les populations et leurs collectivités élues, dans le respect des principes d’unité et d’indivisibilité de la République garantis par l’État, pourront dans ce cadre nouer des relations de codéveloppement avec les pays de leurs zones géographiques, afin de répondre à leurs besoins sans remettre en cause les intérêts stratégiques de la France. […] S’agissant de la Nouvelle-Calédonie, la France cessera de la considérer comme une colonie nécessaire à son influence dans la zone indopacifique; elle assurera la poursuite, sans ingérence, d’un véritable processus d’autodétermination; et elle agira pour que la zone indopacifique devienne un espace dénucléarisé, en proposant un traité en ce sens à tous les pays qui en sont membres.

Les forces politiques réformistes et populistes ont devant eux, du fait du faible niveau de conscience qui prévaut parmi les travailleurs et les couches populaires, un terrain favorable pour exercer leur influence nuisible. Les propositions réformistes dans le genre d’une "meilleure répartition des richesses" sont "séduisantes" pour ceux qui manquent de compréhension au sujet des mécanismes élémentaires de l’économie. Mais ce sont justement les questions de l’économie dans le sens des conditions matérielles de vie et de travail qui absorbent l’essentiel des préoccupations des populations visées. Par conséquent, les sujets tels que le devenir des "DOM-TOM" passent largement inaperçus et n’influent guère sur les choix des personnes qui ne sont pas directement impliquées par leur propre situation individuelle. Il est de notre responsabilité de faire ressortir le fond des problèmes posés, au-delà des questions de "la vie au quotidien".

Cela dit, les programmes des partis sont en général perspicaces. Leur rédaction ne vise pas uniquement à solliciter les électeurs précisément en fonction des intérêts effectifs sous-jacents à défendre, ceux des forces bourgeoises représentées par les partis respectifs. Parallèlement, il s’agit aussi de toucher des électeurs par le biais de leurs sensibilités et penchants subjectifs. Par exemple, le PCF, tout en exposant l’argumentation détaillée en faveur de l’impérialisme français présentée ci-dessus, fait aussi la promotion d’un chauvinisme plus banal par la voix de Fabien Roussel[14] :

Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage, pour moi c’est la gastronomie française. Mais pour avoir accès à cette bonne gastronomie, il faut avoir des moyens. Donc le meilleur moyen de défendre le bon vin, la bonne gastronomie, c’est de permettre aux Français d’y avoir accès.

Les perspectives d’avenir pour la lutte de libération nationale

En l’absence de parti communiste marxiste-léniniste en France, il est difficile d’aller au-delà de déclarations de principes et de peser grandement sur ces questions de libération nationale vis-à-vis de la domination coloniale.

Les peuples colonisés doivent avoir la plus grande méfiance envers les organisations entièrement intégrées politiquement à la gestion de l’État français impérialiste et qui se disent leurs alliées en métropole, et les prendre lucidement pour ce qu’ils sont et sans rien en attendre de positif.

Certaines d’entre elles sont en permanence dans l’ambigüité et le double discours, défendant parfois des positions de principe vagues autour de la libre détermination des peuples ou le soutien aux organisations indépendantistes/autonomistes tout en étant farouchement sur les positions les plus chauvines et jacobines, comme en témoignent les extraits cités plus haut ou bien les considérations sur les cultures régionales à l’intérieur de la métropole assimilées à des séparatismes et à des dangers pour la république (Mélenchon sur l’enseignement en langue régionale[15] : "J’assimilerais cela davantage à une pratique sectaire qu’à une pratique éducative.")

Ces organisations sont doublement nocives, en métropole d’abord où elles banalisent l’impérialisme français dans l’esprit de la classe ouvrière encore trop faiblement politisée, et également dans les colonies où ces organisations ont des relais ou sections locales qui prennent à leur compte et administrent la colonisation française et la domination de la bourgeoisie coloniale.

Fondamentalement, il faut être clair au sujet de la question de l’indépendance des colonies. Un double constat ne peut pas être éludé : d’une part l’indépendance de la Nouvelle Calédonie en tant qu’État national des Kanak est une nécessité historique; mais d’autre part dans le contexte caractérisé par la présence d’une population nombreuse venant de la puissance colonisatrice ainsi que par la domination mondiale du système capitaliste impérialiste, l’indépendance en elle-même ne résoudra aucun des problèmes posés. Depuis la dissolution progressive des empires coloniaux constitués à partir du 15e siècle, le cours des évènements montre que "l’indépendance" des ex-colonies ou zones d’influence historiques conduit fréquemment à des situations d’instabilité permanente, où alternent misère et progrès, révoltes et défaites, basculements entre liens politiques et économiques envers tel ou tel "partenaire". Exemple actuel : le Sri Lanka.

Quoi qu’il en soit, pour les militants communistes révolutionnaires en France, le premier objectif doit être le soutien direct et immédiat à la réalisation, par la population kanak, de l’indépendance de la Kanaky, comme aussi de l’indépendance des autres colonies dites "DOM-TOM" par les populations autochtones respectives.

Lectures complémentaires

●    Communiqué commun de nombreuses organisations du mouvement indépendantiste : "Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France", 23 novembre 2021.

https://survie.org/pays/kanaky-nouvelle-caledonie/article/lettre-ouverte-du-peuple-kanak-au-peuple-de-france

●    Deux brochures de l’association "Survie" :

"Kanaky Nouvelle-Calédonie – Une colonie en lutte pour son indépendance"

https://survie.org/IMG/pdf/brochure_imprimante.pdf

"Kanaky – Face à la prédation des ressources"

https://survie.org/billets-d-afrique/2021/decembre-2020-janvier-2021/article/kanaky-face-a-la-predation-des-ressources

Notes



[1]http://unioncaledonienne.com/?popuppress=la-lettre-de-pierre-messmer

[2]. Article de La Voix des Communistes n°25, mars 2019.

http://rocml.org/wp-content/uploads/2021/09/VdC_2019-03_25.pdf

[3]https://mobile.twitter.com/SoniaBackes/status/1470030256815808514

https://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/la-nouvelle-caledonie-dit-massivement-non-a-lindependance-1371860

[4]https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/12/12/troisieme-vote-sur-accession-independance-nouvelle-caledonie

[5]https://www.francetvinfo.fr/politique/referendum-en-nouvelle-caledonie/referendum-en-nouvelle-caledonie-pour-nous-ce-n-est-pas-le-troisieme-referendum-reagit-le-president-du-congres-local_4878573.html

[6]https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_afetr/l15b2042_rapport-information

[7]. Assemblée nationale, Question écrite de M. Michel Larive (La France insoumise, 18/01/2022.

https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-43553QE.htm

[8]. Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, 2008.

http://archives.livreblancdefenseetsecurite.gouv.fr/2008/information/les_dossiers_actualites_19/livre_blanc_sur_defense_875/livre_blanc_1337/livre_blanc_1340/index.html

La France dans le Pacifique : quelle vision pour le 21e siècle? (colloque du 17 janvier 2013)

https://www.senat.fr/rap/r12-293/r12-2938.html

[9]. Jean-Luc Mélenchon, "L’Ère du peuple", livre paru en septembre 2014.

https://vivelasixiemerepublique.wordpress.com/2014/10/

[10]https://laec.fr/sommaire

https://laec.fr/section/77/les-outre-mer-fer-de-lance-dune-diplomatie-ecologique-altermondialiste

[11]https://www.facebook.com/poutou.philippe/posts/pfbid02Sj7u4pLKRfNCAhuEj55u7JkKhZmJaCze6cs3fv3PhCZ5Q2jnJQU4fEEwFeeVwiqJl

[12]https://www.liberation.fr/planete/2011/03/21/il-faut-briser-le-tyran-pour-l-empecher-de-briser-la-revolution_723004/

[13]https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/fabienroussel2022/pages/217/attachments/original/1643038967/exe_la_france_des_jours_heureux_LIVRE_stc.pdf

[14]https://www.francetvinfo.fr/politique/parti-communiste-francais/video-un-bon-vin-une-bonne-viande-un-bon-fromage-pour-moi-cest-la-gastronomie-francaise-la-phrase-de-fabien-roussel-remise-dans-son-contexte_4928541.html

[15]. Interview de Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l’enseignement professionnel, 4 décembre 2001.

https://www.vie-publique.fr/discours/208013-interview-de-m-jean-luc-melenchon-ministre-delegue-lenseignement-pr