La classe capitaliste dans le Venezuela « bolivarien »
Annexe:
Quelques données économiques chiffrées

Établi: février 2016

Nous présentons des éléments de comparaison entre l’année 1999 ‑ première année du nouveau régime ‑ et l’année 2012. Toutes les données proviennent des documents de la Banque centrale du Venezuela (Banco central de Venezuela, BCV). Les secteurs d’activité retenus à cette fin le sont au motif de leur prépondérance en volume ou/et du point de vue qualitatif: agriculture, élevage, chasse, sylviculture, pèche; exploitation de ressources du sous‑sol; industries manufacturiers; construction; commerce en gros et au détail, réparation de véhicules motorisés, motocyclettes, effets personnels, matériels domestiques; intermédiation financière; administration publique et défense, dispositifs de sécurité sociale à affiliation obligatoire. Les données numériques, commentées de façon résumée et exposées plus en détail dans les tableaux figurant plus loin, représentent des pourcentages sur la base de la valeur ajoutée totale au niveau national pour l’année respectif.

De 1999 à 2012 donc, pour l’exploitation de ressources du sous-sol, la part de ce secteur d’activité dans la valeur ajoutée au niveau national augmente, en passant de 15 % à 26 %; pour les industries manufacturières elle baisse en passant de 19 % à 14 %; tandis que pour le commerce et les réparations elle augmente en passant de 9 % à 13 %. Pour l’ensemble des secteurs principaux pris en compte séparément, la somme passe de 65 % à 75 % de la valeur ajoutée au niveau national.

En ce qui concerne l’importance relative du secteur public, on note les chiffres suivants, pour 2012. Pour l’exploitation de ressources du sous‑sol, la part du secteur public apporte 25 % de la valeur ajoutée nationale (contre 1 % venant du secteur privé); pour les industries manufacturières, 2 % correspondent au secteur public (contre 12 % au secteur privé). L’apport du secteur public est insignifiant pour l’agriculture etc., la construction, le commerce. Pour l’ensemble des secteurs principaux, 33 % de la valeur ajoutée nationale viennent du secteur public, 43 % viennent du secteur privé, les 24 % restants étant produits par les autres secteurs (origine publique et privée confondus).

Afin d’évaluer le développement du secteur public dans le cadre du régime « bolivarien », il faut aussi examiner les données en termes absolus. Voici d’abord les chiffres totaux, secteurs public et privé réunis (pour 1999: millions de bolívars, pour 2012: milliers de bolívars; à partir du 1er janvier 2008, a été introduit un nouveau numéraire « Bolívar fort » par l’application d’un taux de 1000 Bolívars anciens = 1 Bolívar fort). De 1999 à 2012, pour l’exploitation de ressources du sous-sol, la production en valeur à prix constants du secteur d’activité baisse de 6.316.150 à 5.903.857; pour les industries manufacturières elle augmente de 8.075.756 à 9.595.595; tandis que pour le commerce et les réparations elle augmente de 3.268.133 à 6.096.056. Pour l’ensemble des secteurs principaux pris en compte séparément, la somme passe de 25.218.756 à 36.576.633.

En considérant le secteur public uniquement, les chiffres sont les suivants. De 1999 à 2012, pour l’exploitation de ressources du sous‑sol, la production en valeur à prix constants du secteur d’activité baisse de 5.527.513 à 5.336.780; pour les industries manufacturières, elle baisse de 1.920.374 à 1.711.388, tandis que pour le commerce et les réparations elle augmente de 2.191 à 167.462. Pour l’ensemble des secteurs principaux pris en compte séparément, la somme augmente, en passant de 9.783.956 à 12.081.220.

Durant le régime « bolivarien », le volume d’actifs détenus à l’extérieur par des résidents au Venezuela, dans le cadre du secteur privé de l’économie, s’est énormément accru. En toute généralité, par actif on entend des investissements sous toutes formes; en l’occurrence, il s’agit principalement de dépôts monétaires à divers titres. Voici des chiffres, en millions de US$[1]: en 1999 total secteur privé 27.564 (dont 24.408 dépôts etc.); en 2013 respectivement 166.923 et 157.650. Pourtant, l’apport principal en devises provient des exportations effectuées par le secteur public, essentiellement le pétrole. Voici les chiffres correspondants, en millions de US$[2]: en 1999 total des exportations 20.963, dont secteur public 20.223 (pétrole 19.016); en 2013 total 88.753, dont secteur public 87.035 (pétrole 85.603).

Composition de la valeur ajoutée brute selon les secteurs d’activité
(en % de la valeur totale au niveau national)[3]
  1999 2012
Secteur Ensemble
secteur public
et privé
Ensemble
secteur public
et privé
Secteur public
seul
Secteurs principaux      
agriculture, élevage, chasse,
sylviculture, pèche
4,726 % 5,471 % 0,013 %
exploitation de ressources
du sous-sol
14,836 % 26,088 % 24,987 %
industries manufacturiers 19,220 % 13,799 % 1,531 %
construction 8,970 % 9,093 % 0,002 %
commerce en gros et au détail,
réparation de véhicules motorisés,
motocyclettes, effets personnels,
matériels domestiques
8,765 % 12,577 % 0,230 %
intermédiation financière 3,079 % 3,586 % 0,882 %
administration publique et défense,
dispositifs de sécurité sociale
à affiliation obligatoire
5,588 % 4,919 % 4,919 %
Sous-total Secteurs principaux 65,184 % 75,533 % 32,564 %
Ensemble autres secteurs:

– approvisionnement en électricité, gaz, eau

– hôtels et restaurants

– transport, stockage et communication

– activités immobilières, d’entreprise
et de location

– enseignement

– services sociaux et de santé

– autres activités de services communautaires,
sociaux et personnels, service domestique
et institutions à but non lucratif

38,233 % 28,133 % 6,772 %
Total tous secteurs 103,417 % 103,666 % 39,336 %

Note: la somme totale par colonne dépasse 100 %, ce qui résulte d’une méthode comptable qui fait apparaitre des services d’intermédiation financière indirectement mesurés. Il s’agit des services rendus par les intermédiaires financiers qui ne sont pas facturés à la clientèle. Pour ces services, les intermédiaires financiers se rémunèrent en prenant une marge de taux d’intérêt sur les dépôts de leurs clients et sur les prêts (crédits) qu’ils leur accordent. Les valeurs, déterminées selon des estimations, sont incluses dans les postes comptables correspondants. Puisqu’elles ne représentent pas une valeur ajoutée effective, elles sont compensées dans le tableau comptable d’ensemble par un poste séparé où figure leur somme totale en négatif.

Composition de la valeur ajoutée brute selon les secteurs d’activité
(en prix constants base 1997; pour 1999: millions de bolívars, pour 2012: milliers de bolívars)[4]
(à partir du 1er janvier 2008, a été introduit un nouveau numéraire « Bolívar fort »
par l’application d’un taux de 1000 Bolívars anciens = 1 Bolívar fort)
  1999 2012
Secteur Ensemble
secteur public
et privé
Secteur public
seul
Ensemble
secteur public
et privé
Secteur public
seul
Secteurs principaux        
agriculture, élevage, chasse,
sylviculture, pèche
1.987.970 11.983 2.682.529 24.058
exploitation de ressources
du sous-sol
6.316.150 5.527.513 5.903.857 5.336.780
industries manufacturiers 8.075.756 1.920.374 9.595.595 1.711.388
construction 2.527.735 2.829 4.907.082 1.260
commerce en gros et au détail,
réparation de véhicules motorisés,
motocyclettes, effets personnels,
matériels domestiques
3.268.133 2.191 6.096.056 167.462
intermédiation financière 852.713 128.767 3.392.840 841.598
administration publique et défense,
dispositifs de sécurité sociale
à affiliation obligatoire
2.190.299 2.190.299 3.998.674 3.998.674
Sous-total Secteurs principaux 25.218.756 9.783.956 36.576.633 12.081.220
Ensemble autres secteurs:

– approvisionnement en électricité, gaz, eau

– hôtels et restaurants

– transport, stockage et communication

– activités immobilières, d’entreprise
et de location

– enseignement

– services sociaux et de santé

– autres activités de services communautaires,
sociaux et personnels, service domestique
et institutions à but non lucratif

11.513.764 2.937.084 21.628.358 7.688.521
Total tous secteurs 35.840.082 12.608.990 54.331.088 18.627.253

Notes

  1. . http://www.bcv.org.ve/cuadros/series/SectorExterno/ProgramaActEstMac/estasectorext.pdfhttp://www.bcv.org.ve/Upload/Publicaciones/anuasectorexterno07-13.pdf
  2. . http://www.bcv.org.ve/cuadros/series/SectorExterno/ProgramaActEstMac/estasectorext.pdfhttp://www.bcv.org.ve/Upload/Publicaciones/anuasectorexterno07-13.pdf
  3. www.bcv.org.ve/cuadros/series/ctasnac9702b97/cap2p6.xls II.34, II.37http://www.bcv.org.ve/cuadros/series/ctasnac1012b97/cap_2.xls II.34, II.37
  4. . www.bcv.org.ve/cuadros/series/ctasnac9702b97/cap2p6.xls (onglets II.35, II.38)http://www.bcv.org.ve/cuadros/series/ctasnac1012b97/cap_2.xls (onglets II.35, II.38)