Voilà le sens de la signature des contrats rafales entre la France et de nombreux pays du monde (Egypte, Inde, Emirats Arabes Unis, Qatar…). Encore une fois, la France vient de montrer qu’elle poursuivait sa tradition militariste et guerrière en arrosant de nombreux pays en armes et en avions de combat. Encore une fois faut-il relever la puissance du complexe industrialo-militaire puisque médias, partis et syndicats sont quasi-unanimes pour se féliciter de la vente de rafales. Il faut bien rappeler que la France est le 4ème pays exportateur d’armes dans le monde[1].

 

« La création d’emplois »

Tout d’abord, il ne s’agit pas de critiquer ceux qui sont et seront employés dans l’industrie de l’armement. Ils n’ont pas le choix. Le capitalisme fait en sorte qu’ils vendent leur force de travail selon les besoins du patronat qui dirige la production française et mondiale. Par contre, cela ne doit pas inciter les syndicats à revendiquer de l’investissement militaire. Des voix à ouvrir dans les revendications sont plutôt la reconversion de cette industrie militaire en une industrie pour répondre aux besoins du peuple. C’est vers cela que la classe ouvrière en tant que force d’avenir, et dirigeante de la société peut se tourner. Dans la société actuelle, ce sont les lois économiques capitalistes qui imposent nos conditions de vie. Mais, il ne faut pas abandonner notre conscience politique derrière les objectifs des patrons. Etre conscient de ce que l’on produit, réfléchir à son utilité pour la société et pour sa propre classe est nécessaire. Critiquer l’industrie de l’armement est donc un impératif. N’oublions pas que de nombreuses résistances ouvrières contre la guerre, le nazisme, les guerres coloniales et impérialistes sont venues de communistes travaillant dans l’industrie de l’armement[2]. Mais ces résistances ne pouvaient provenir que d’une prise de conscience, d’une vue d’ensemble de toute la société, non limitée à son seul secteur d’emploi.

Les partis politiques liés au système économique actuel se félicitent des contrats autour du rafale. Le PS, avec le ministre de la Défense Le Drian, le président Hollande ont joué un rôle majeur dans la vente de ces avions de guerre. Tous mettent en avant les créations d’emplois qui résultent de ces commandes militaires. Peu étonnant, la CFDT dont tout le monde connait sa ligne de collaboration de classe avec ce gouvernement, accueille « avec une immense satisfaction » les contrats militaires et revendique même « que l’investissement soit revu à la hausse sur l’ensemble des sites Dassault-Aviation »[3]. Merci à ces « syndicalistes » plus proches des patrons que des travailleurs de revendiquer auprès des patrons un investissement pour l’industrie du crime. Rappelons encore une fois à ces apologistes de l’industrie militaire que ce sont ces mêmes travailleurs qui sont, de tout temps dans l’histoire du capitalisme, les premières victimes des guerres de rapines ou des guerres impérialistes menées par les bourgeoisies nationales. Comment la CFDT peut-elle demander des investissements dans l’industrie militaire alors que les besoins du peuple, en matière de santé, d’éducation, de culture sont de plus en plus réduits ? Comment peuvent-ils demander des mesures aussi réactionnaires alors que le gouvernement vient d’annoncer plus de mesures pour la « Défense » (comprenez pour l’offensive impérialiste en Afrique et au Moyen-Orient) au détriment du logement et de la santé[4] ? Tout simplement, leur absence de vue politique d’ensemble, l’enfermement dans le corporatisme entraine ce syndicat à la remorque du capital et de l’impérialisme.

Le développement de l’industrie militaire est un mirage. Dans notre société, les emplois se développent non pas pour répondre aux besoins de peuple mais pour assouvir les profits du capital. Les investissements pour l’armement ne répondent en rien à ce dont les travailleurs ont besoin. Le capitalisme est incapable de développer en priorité les besoins populaires : logements, santé, nourriture de qualité, conditions de travail de qualité, développement culturel et intellectuel…

L’industrie militaire est très lucrative pour le capital. Elle créé une masse importante de profits. En ces temps de tensions au Moyen-Orient et en Afrique, de repartage des zones d’influences par les grandes puissances impérialistes, l’industrie d’armement peut se frotter les mains : les guerres et les morts, ça rapporte.

Armées impérialistes et vente d’armes : c’est l’Humanité qu’on assassine

                En vendant ses armes aux pétromonarchies réactionnaires, la France participe en tant que grande puissance impérialiste à la déstabilisation du Moyen-Orient. Elle aide des satellites soumis à l’impérialisme US et de plus en plus à la France depuis le rôle de Fabius dans la tentative de dépeçage de la Syrie au profit des impérialismes occidentaux. En effet, elle renforce ses alliés sur le terrain pour contrer la pénétration des impérialistes russes ou chinois, liés aux régimes iraniens et syriens. Encore une fois, on peut le constater, les marchands d’armes et les impérialistes sont irresponsables. Ils sont prêts à tout pour conquérir des marchés, ou participer à la conquête de zones d’influences stratégiques, même si pour cela ils mettent à feu et à sang une région entière du monde.

                Il parait clair aussi que le gouvernement utilise le slogan des « droits de l’homme » quand ça l’arrange. Où sont ces apologistes des droits de l’Homme qui dénoncent les conditions de travail ignobles que subissent les travailleurs au Qatar, conditions par ailleurs organisées par des grands groupes français tel Vinci[5] ? Où sont-ils ces politiciens qui parlent depuis le 11 janvier du péril islamiste ?  Leur lutte antiterroriste est hypocrite en réalité. Ils n’hésitent pas à vendre des armes et à soutenir ces pétromonarchies islamistes, premiers soutiens de DAESH et autres groupes réactionnaires barbares.

 

                A bas ceux qui soutiennent l’industrie de l’armement.

 

                Les communistes ne sont pas hypocrites. Ils ne présentent pas le développement de l’industrie du crime comme des créations d’emplois utiles à la société ou un progrès. Encore une fois, le capitalisme montre qu’il ne peut plus répondre aux besoins des peuples mais les entraine vers la barbarie en armant les cliques bourgeoises les plus chauvines, nationalistes et impérialistes.

                Les organisations qui prétendent « défendre » le mouvement ouvrier sont malheureusement prisonnières des idées de la classe bourgeoise dominante. Le syndicat CGT Dassault par exemple estime que le rafale « est le meilleur avion de combat produit dans notre pays et il est bien meilleur que tous ses concurrents qu’ils soient américains ou européens » et que « la CGT a soutenu dès le début cette production franco-française » [6]. De tels propos chauvins, nationalistes montrent à quel point, du fait de défauts corporatistes, de visées réformistes, des syndicats ouvriers peuvent se situer à la remorque de l’impérialisme le plus militariste, le plus nationaliste et chauvin.

                Le PCF qui était autrefois le pilier de l’antimilitarisme distille lui aussi, depuis son évolution réformiste des idées contraires aux intérêts du mouvement ouvrier et liées au grand patronat français. Le PCF est conscient que la France participe « à un cycle de surarmement massif » mais « si le PCF soutient la réalisation du programme rafale, c’est afin de garantir à notre pays sa sûreté, sa défense et son indépendance en particulier vis-à-vis de l’OTAN et des Etats-Unis »[7]. C’est sûr que d’après le PCF, il vaut mieux des rafales pour l’armée française afin de semer la mort en Centrafrique, au Mali ou encore en Libye sans l’aide de l’OTAN ou des Etats-Unis. Encore une fois la critique des réformistes du PCF sur l’armement est inconséquente. Elle revient à soutenir son propre impérialisme, la France, dans ses visées néocoloniales en Afrique et au Moyen-Orient face à des concurrents comme les Etats-Unis. Les communistes au contraire sont solidaires des peuples du monde entier qui combattent le système impérialiste et en particulier les impérialistes français. Ils s’opposent à l’armée française qui est une armée de brigandage pour sécuriser le pillage d’autres continents et assurer la puissance économique et politique du capital français.

Les révolutionnaires et les communistes dispersés aux quatre coins de la France doivent se rassembler autour de ces mots d’ordres unitaires :

  • Stop à l’industrie de l’armement, le peuple a des besoins plus urgents que nourrir ceux qui font la guerre
  • Assez d’armes et de complicité envers les bourreaux des peuples et notamment les pétromonarchies du Golfe et les régimes corrompus d’Afrique
  • Retrait des armées françaises présentes aux quatre coins du monde.
  • Solidarité avec les luttes progressistes et révolutionnaires d’émancipation des peuples du monde entier

 

[1] BFM Business, http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-france-championne-de-l-exportation-d-armes-868526.html

[2] «  Courage on les aura ! Confiance camarade, le parti communiste vivra toujours. Pas de canon, pas d’avion et la guerre finira. Paix immédiate. Le Parti Communiste Français »…L’auteur de ce tract communiste, ouvrier dans l’industrie d’armement sera fusillé en juin 1940.

[3] CFDT Dassault, http://www.cfdt-dassault.net/docs/aff_sections_2015/1428995819.pdf

[4] France info, http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/plus-de-milliards-pour-la-defense-moins-pour-le-logement-et-la-sante-673913

[5] France TV info, http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde/qatar-accusee-d-esclavage-moderne-par-une-ong-vinci-se-defend_867009.html .

[6] CGT Dassault, Turbulence n°19, février 2015,

http://cgtdassault.com/Dassault_Aviation/documents/1425034908.pdf

[7] PCF, communiqué du 14 avril 2015, http://www.pcf.fr/69496