Print Friendly, PDF & Email

 

Privatisation ADP :
Quand la plupart des organisations marxistes-léninistes
adoptent une position chauvine

LA VOIX DES COMMUNISTES, no 28, 1er semestre 2021 – p. 34-36

Voilà maintenant plus d’un an que le gouvernement a affiché sa volonté de privatiser le groupe des aéroports de Paris [1]. Même si pendant la crise de la COVID19, le projet a été suspendu (comme c’est le cas pour d’autres réformes), il s’agit ici de revenir sur la nature des réactions des organisations dites marxistes-léninistes face à ce projet.

Les deux organisations qui ont soutenu en tête des autres le maintien d’ADP dans le giron « public » furent bien entendu le PCF et la CGT. Elles en ont fait leur cheval de bataille entre le printemps et l’été 2019, le tout dans un discours bien rodé qui sied aux réformistes.

Considérant ADP comme une entreprise publique (avec tout ce que les réformistes y attachent comme valeurs), cela même dans un pays impérialiste, ces organisations sont donc montées au créneau. Le groupe parlementaire du PCF a lancé l’initiative d’une pétition afin de récolter près de 5 millions de signatures et organiser un référendum national sur la question. La CGT et le PCF se lancent alors corps et âme dans une campagne effrénée afin de récolter ces signatures. La CGT a d’ailleurs installé une immense banderole sur son siège faisant cause commune avec le PCF mais aussi avec le LR, le PS, le Centre qui ont soutenu au parlement l’initiative de ce référendum (c’est d’ailleurs LR qui est majoritaire dans l’action parlementaire). Quand il s’agit de défendre un bien commun de la nation, il faut faire cause commune, le PCF s’est alors retrouvé aux cotés de LR.

Mais pourquoi un tel front? Le PS, l’UDI ou même LR sont-ils de dangereux gauchistes qui souhaitent nationaliser les entreprises de France? Bien sûr que non.

Pour mieux comprendre, il faut se pencher un peu plus sur ce qu’est le groupe ADP, cette belle entreprise publique aux mains de l’État.

ADP c’est (extrait du journal Le Monde) [2]:

●  Il possède les plus gros aéroports français : Roissy-Charles-de-Gaulle (72,2 millions de passagers), Orly (33,1 millions de passagers), Le Bourget et une dizaine d’aérodromes;

●  Ces aéroports sont aussi des centres commerciaux d’envergure, avec 386 boutiques et services, qui ont rapporté, à eux seuls, 1 milliard d’euros en 2018;

  C’est le premier propriétaire foncier d’Ile-de-France, grâce aux 6.686 hectares des aéroports, dont 411 hectares sont disponibles. Il détient aussi plus d’un million de mètres carrés de bâtiments (hangars, hôtels, bureaux, etc.);

  Il dispose d’une filiale dans la téléphonie (Hub One);

●  Il a fortement développé sa participation dans le capital de nombreux aéroports internationaux, soit directement (Zagreb, Santiago du Chili, Amman, Maurice, etc.), soit par le groupe TAV Airport (Istanbul Atatürk, Antalya, Izmir, etc.).

Finalement, le fait qu’ADP soit aux mains de l’État serait un antidote pour certains face à la barbarie capitaliste. Une entreprise nationalisée dans une nation capitaliste n’appartiendrait pas à la sphère capitaliste?

Pourtant, d’après ce qu’on lit, c’est une entreprise qui vampirise d’autres nations, qui les parasite comme savent le faire les monopoles impérialistes, elle engrange des millions d’euros de bénéfices (qu’elle ne redistribue pas aux salariés), elle possède de multiples portefeuilles comme beaucoup de monopoles impérialistes privés.

Finalement, en bon supporter de l’impérialisme français, il n’y a rien d’étonnant à ce que le PCF ou la CGT confédérale soutiennent une telle revendication. C’est loin d’être la première fois que la gauche française se vautre dans le social-chauvinisme, unie auprès de la droite.

Déjà Lénine, à la suite de l’union sacrée des Partis de la II internationale en 1914, a défini le social-chauvinisme : une couche du prolétariat profitant des miettes des surprofits de l’impérialisme et qui se rattache à la couleur nationale de sa propre bourgeoisie. Elle est ainsi hostile à toute idée de « perturbations dans le développement graduel ».

ça se corse c’est lorsque les organisations de type « léniniste » se mettent à la ’’queue-leu-leu’’ derrière le PCF ou la CGT afin d’exprimer les mêmes revendications, sociales-chauvines, de soutien sans critique au maintien de ADP dans le portefeuille de l’État français!

Pour le PCRF un simple appel à signer la demande de référendum [3]: « Le PCRF s’associe à toutes les formes de luttes contre la privatisation d’Aéroport de Paris. Dans ce cadre, il invite tous les défenseurs du service public des transports à signer la demande de référendum, en utilisant le lien suivant […].»

Dans les textes du PRCF, on retrouve les illusions que si le groupe ADP reste public, celui-ci sera extérieur aux lois du marché, à la financiarisation, au capitalisme somme toute. Voilà ce que l’on trouve dans l’un des innombrables articles produits par cette organisation sur le sujet [4]: « Ce projet n’est pas le fruit du hasard; il répond aux exigences toujours plus grandes de rentabilité du capital qui imposent de tout marchandiser et il s’inscrit dans le droit fil des directives européennes élaborées par et pour les monopoles capitalistes. »

Le rôle impérialiste d’ADP présent sur plusieurs continents est totalement passé sous silence ainsi que le résultat net de plus de 600 millions en 2018, ce qui en fait une entreprise capitaliste comme une autre… À moins que posséder des aéroports à l’étranger fasse partie du “packaging” du service public. N’est-ce pas ce que décrit Lénine sur les miettes de surprofits réalisés par les monopoles impérialistes nationaux à l’étranger? Ces miettes de surprofits qui constituent le terreau de l’aristocratie ouvrière, de l’opportunisme et du social-chauvinisme?

Pour le PCOF, il s’agit d’un article dans La Forge de juillet/août 2019, le N°608, qui se fait uniquement le porte-voix de la plateforme des organisations relayant l’appel à soutenir la campagne pour le maintien d’ADP dans les mains de l’État [5]. Le PCOF se fait le simple relai, sans jamais exprimer une opinion indépendante, d’un communiqué il se retrouve aux côtés du PS, du PCF, des Verts, de la FI, etc. toute la fine fleur “révolutionnaire” que compte la France pour dire en chorus que les entreprises nationales font partie du « bien commun », mais commun à qui? À la bourgeoisie et au prolétariat français? Car ce sont bien les thèses opportunistes et propres au social-chauvinistes que sont les PS, PCF, FI et autres que vient soutenir ici, et gratuitement, le PCOF, organisation se revendiquant marxiste-léniniste.

Cette plateforme, signée aussi par le PRCF, ne fait que diffuser un peu plus les illusions réformistes supposant que le caractère public des entreprises en fait des entreprises hors du système capitaliste.

Cette ligne politique portée par la plupart des organisations dites marxistes-léninistes tend à ancrer dans les consciences des prolétaires que l’État français n’est pas partie prenante de la lutte des classes, mais au-dessus, tel un arbitre. Ces organisations suggèrent qu’il est préférable qu’une entreprise, ses salariés, soient sous le giron public, sous la tutelle de l’État car celui-ci n’appartiendrait pas à la sphère marchande et ne répondrait pas aux exigences du profit.

C’est encore une déviation de la part des organisations dites marxistes léniniste qui :

●  Enracinent encore et encore les illusions sur la nature de l’État et ne portent pas des revendications révolutionnaires mais réformistes

●  Ne se démarquent pas des opportunistes, des chauvins et du social-impérialisme

  Appuient les positions impérialistes de sa propre bourgeoisie et confortent l’aristocratie ouvrière dans sa position parasitaire.

Le rôle des communistes est de démasquer la nature de cette campagne initiée par la direction du PCF et de la confédération CGT, de démontrer aux prolétaires l’illusion que représente le secteur public dans une métropole impérialiste et de dresser le caractère impérialiste et parasitaire d’ADP. Dans une société capitaliste, l’État ne déroge pas aux règles du profit, surtout lorsque celui-ci est impérialiste. Ces organisations de type léniniste avancent la revendication de la nationalisation sans même parler de l’intervention des ouvriers, de leur rôle, d’un rapport de force quelconque. Il n’est pas posé ici la question du pouvoir ouvrier mais du pouvoir de l’État au détriment des prolétaires. Cette revendication portée par ces groupes est ainsi une revendication à caractère opportuniste.

À moins que les organisations, si peu audibles au niveau national, tentent d’inscrire leur sigle de groupuscule dans n’importe quel communiqué réformiste afin de multiplier les visites sur leur site internet respectif?

En agissant ainsi, ces organisations dites marxistes-léninistes, ne font pas le jeu de la classe, n’agissent pas dans le sens de l’élévation général de la conscience politique du prolétariat. Elles entretiennent, au contraire, les positions parasitaires d’une minorité de l’aristocratie ouvrière et de l’opportunisme, dont la base économique est l’exploitation impérialiste.

« L’État moderne, quelle qu’en soit la forme, est une machine essentiellement capitaliste : l’État des capitalistes, le capitaliste collectif en idée. Plus il fait passer de forces productives dans sa propriété, et plus il devient capitaliste collectif en fait, plus il exploite de citoyens. Les ouvriers restent des salariés, des prolétaires. Le rapport capitaliste n’est pas supprimé, il est au contraire poussé à son comble. »

F. Engels : Anti-Dühring, M. E. Dühring bouleverse la science; Paris, Éditions sociales, 1950; p. 239

 

*

(Ce texte nous a été transmis comme contribution par un camarade.)



[1]https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/privatisation-d-aeroports-de-paris-le-gouvernement-devoile-ses-garanties_2066784.html

[2]https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/13/loi-pacte-les-enjeux-de-la-privatisation-d-aeroports-de-paris-en-six- questions_5435432_4355770.html

[3]https://www.pcrf-ic.fr/Aeroport-de-Paris-signez-contre-sa

[4] https://www.initiative-communiste.fr/articles/contre-la-privatisation-daeroports-de-paris-gagnons-le-referendum-adp-referendumadp/

[5]. Cet appel est visible ici : https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2019/07/APPEL-COMMUN-ADP-v224123.pdf