L’Etat d’urgence : Une arme au service de la répression des mouvements populaires

L’Etat d’urgence se retourne contre le peuple. L’interdiction des manifestations du mouvement révolutionnaire et progressiste jusqu’au 30 novembre le montre. Les mobilisations des travailleurs à Paris comme en partout en France ont fait l’objet de répression et d’arrestations. Le gouvernement dit interdire les manifestations publiques pour « notre » sécurité. Pourtant, toutes les manifestations sportives, culturelles, religieuses ont lieu. Les meetings de tous les partis politiques bourgeois se présentant aux élections sont d’ailleurs autorisés.Seules les manifestations politiques, marquant une opposition de classe avec le gouvernement sont interdites et réprimées.

Le gouvernement utilise l’état d’urgence pour réprimer les manifestations populaires ayant des revendications légitimes : sur les migrants pour la liberté de circulation des travailleurs, et sur l’environnement, pour les revendications démocratiques et anticapitalistes dénonçant la mascarade de la COP21.

A chaque fois, le gouvernement PS instrumentalise ces évènements, utilise son appareil politique pour dresser l’opinion contre les organisations progressistes et criminaliser ceux qui manifestent :

  • Sur les migrants, les médias ont inventé des reportages qui voulaient montrer que certains terroristes étaient des migrants. Ceci est faux. Les migrants fuient justement l’Irak, la Syrie dévastés par les groupes réactionnaires du type DAESH et les terroristes sont français ou belges. De plus, DAESH a d’autres moyens, grâce à certains pays alliés des impérialismes occidentaux comme la Turquie et les Etats arabes réactionnaires pour acheminer ses terroristes plutôt que de les envoyer dans des embarcations de fortune se transformant très souvent en cimetières flottants. En réalité, les attaques idéologiques des médias visaent à diviser les travailleurs entre français et étrangers. Pourtant un travailleur syrien et un travailleur français ont plus d’intérêts en commun qu’un travailleur français et un patron français.
  • Lors de la COP21, les médias ont manipulé l’opinion avec l’agitation de « casseurs » qui auraient lancé des bougies et des pots de fleurs pris sur le, mémorial de la Place de la République, à Paris. L’objectif du gouvernement était de marginaliser, de criminaliser les manifestants. Pourtant de nombreuses vidéos montrent la police en train de piétiner ce lieu de recueillement. Il s’agissait pour le gouvernement de faire croire que les moyens de l’état d’urgence sont utilisés pour sécuriser l’espace public. La vérité c’est qu’ils n’ont d’autre but que de réprimer le mouvement révolutionnaire et progressiste. 317 gardes à vues à cette occasion. L’écrasante majorité a été mise hors de cause. Cela montre une fois de plus la tentative d’instaurer un climat de terreur sociale pour les mobilisations du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

 CU_KYAzWoAQWhyN

Partant de ces réalités, le ROCML

  • Condamne la politique répressive du mouvement ouvrier et progressiste sous prétexte de combattre le terrorisme,

 

  • Réaffirme le droit pour le mouvement ouvrier et les forces progressistes à manifester librement,

 

  • Exige la fin de l’état d’urgence qui est utilisé pour mener une politique de terreur et de guerre sociale contre le mouvement syndical et ouvrier.

 

Le ROCML appelle toutes les forces progressistes et révolutionnaires à se mobiliser, à poursuivre leurs luttes, notamment le 2 décembre aux côtés des travailleurs d’Air France et de tous ceux qui subissent la répression patronale. Le capital n’a pas lancé de trêve sociale, continuons à nous mobiliser malgré les entraves que le gouvernement crée.

 

Le ROCML invite les communistes, les militants marxistes-léninistes à se rencontrer, à prendre des initiatives communes pour combattre l’ »unité nationale » de manière unitaire et construire une unité populaire contre le capitalisme et le terrorisme.

Le 30 novembre 2015

Editorial de la VDC de Novembre 2015 sur les attentats de Paris

Editorial :

 

 

La barbarie a encore semé la mort dans Paris. Tel est le constat que nous pouvons faire après le terrible attentat qui a tué tant d’innocents. La rédaction condamne cet acte inqualifiable, ses auteurs et leurs commanditaires. Elle compatit à la douleur des blessés et des familles endeuillées et partage l’émotion du peuple de France. Cependant notre émotion ne doit pas être un voile nous empêchant de comprendre le pourquoi des évènements. Les communistes ont le cœur chaud : ils sont sensibles aux injustices et à l’oppression. Ils ont la tête froide: ils veulent comprendre pourquoi il y a des injustices et des crimes, ce qui nécessite de replacer les événements dans leur contexte général et dans leur dynamique. Seule cette analyse peut nous permettre de nous positionner et d’agir. Voilà pourquoi nous ne pouvons être de l’unité nationale. Voilà pourquoi nous estimons que les responsables de cette situation, les gouvernements de l’impérialisme français, ne peuvent être la solution au terrorisme réactionnaire et barbare.

 

« La France est en guerre » dit Hollande. La guerre n’est-elle pas déclarée au Moyen Orient et en Afrique par la France depuis dix ans ? Les grandes puissances n’ont-elles pas mis cette région à feu et à sang ? Et pour quoi ?

Qui a créé le monstre DAESH ? Qui le finance ? Qui sont ses alliés ? Pourquoi l’a-t-on laissé prospérer ?
Est-ce que les guerres éclatent pour défendre des valeurs de liberté et de droits de l’Homme comme le prétend la France ? Alors pourquoi la France est-elle l’alliée du Qatar et de l’Arabie Saoudite, de la Turquie et d’Israël ?

La vérité, c’est que les guerres sont le résultat de la défense des intérêts des grands monopoles capitalistes par les Etats impérialistes USA, France, Allemagne, Angleterre, Russie… Et ces intérêts passent par le contrôle des routes stratégiques et des ressources de matières premières. Après l’Afghanistan, l’Irak, la Lybie, c’est la Syrie qui est devenue depuis plusieurs années le terrain où agissent les différents impérialismes.

 

Le terrorisme a été et est toujours soutenu et instrumentalisé pour déstabiliser et affaiblir les Etats qui résistent à leurs buts. Mais il arrive que la créature échappe au contrôle du créateur et se retourne contre lui !

Non, l’émotion ne doit pas faire oublier qui est responsable de la montée du terrorisme, et pourquoi.

Les communistes refusent l’union nationale autour de ceux qui ont allumé l’incendie et qui crient maintenant « au feu » quand les flammes les atteignent. Les pyromanes ne peuvent pas être de vrais sapeurs-pompiers !

Les classes populaires doivent s’unir et se mobiliser contre les guerres de conquêtes à l’extérieur et la guerre anti-ouvrière à l’intérieur. Car pour la bourgeoisie, l’union nationale va de pair avec l’exploitation et la répression patronale. Nos camarades d’Air France licenciés et trainés devant les tribunaux le savent.

La Voix des Communistes

Communiqué du ROCML sur les attentats meurtriers en Turquie

Communiqué du ROCML sur les attentats meurtriers en Turquie

En Turquie, le 10 octobre 2015 un carnage a été perpétré contre un rassemblement pour  la paix.

Déjà selon l’information fournie par  HDP (Parti Démocratique des peuples),  on dénombre 128 morts,  des centaines de blessés et des  dizaines de blessés graves.

Nous  présentons notre solidarité et nous partageons la douleur des familles et des peuples de Turquie.

Ce double attentat à la bombe qui a couté plus de cent vies, n’est pas le premier :

Rappelons  la tragédie de Suruç (en face de Kobané)  qui a fait 33 morts, le double attentat à la bombe à Diyarbakir (capitale du Kurdistan coté Turquie), encore une fois dans un meeting de HDP, sans oublier les attaques policières permanentes contre les manifestants d’Istanbul et Hakkâri (à l’extrémité du  Kurdistan).

Depuis le 7 juin 2015, AKP a perdu la majorité absolue au parlement, le pouvoir a accentué la pression contre les mouvements progressistes, communistes et Kurdes. Depuis des mois que le peuple kurde réclame l’autogestion de son territoire, des centaines d’arrestations ont eu lieu, y compris parmi les élus comme les maires ou conseillers municipaux du Kurdistan.

Aussi la condamnation des actes « terroristes » par les medias occidentaux, des hommes politiques occidentaux ne saurait occulter  les actes terroristes du pouvoir. L’identité véritable des responsables de cet attentat est secondaire face à la responsabilité flagrante des forces dirigeantes réactionnaires au pouvoir en Turquie :

-La bourgeoisie turque, n’a pas digéré la victoire de HDP le  7 juin (81 députés au parlement), une première  dans l’histoire de la Turquie pour les représentants d’une large alliance des peuples Turc et Kurde. Cela est passé sous silence en occident.

La bourgeoisie turque qui n’a pas été capable de consolider un gouvernement à son service, utilise la terreur pour faire reculer le mouvement populaire qui s’est amplifié  depuis les événements de Gezi (Taksim) à Istanbul. Ce n’est pas nouveau dans l’histoire de la Turquie : le massacre du 1 mai 1977(32 morts), de Maras (des centaines de morts), de  Sivas (37 intellectuels, acteurs et actrices brûlés vif en témoignent …..et la liste est longue.

Ne tenant pas compte du cessez le feu décidé par le PKK, l’Etat Turc a mis la fin à la période de négociations et repris la lutte armée contre le peuple Kurde sous prétexte de lutter contre le terrorisme.

Combien d’activistes de l’EI la Turquie a-t-elle mis hors d’état de nuire ou arrêté 0000000,00 et  encore 0!

Combien de militants progressistes, communiste et Kurdes l’Etat Turc a-t-il emprisonné et tués: Plusieurs centaines, y compris des victimes de Suruç et même des députés communistes Turcs.

Les choses sont claires! Les actes terroristes sont du côté du pouvoir réactionnaire turc et les attentats terroristes sont des actes qui renforcent sa politique de répression contre les peuples de Turquie.

L’Etat Turc est seul responsable de ce massacre! Quels qu’en soient ses sous-traitants comme l’EI ou ses agents à l’intérieur du pays.

Ce n’est pas à l’Etat Turc qu’il faut  envoyer les  condoléances, mais aux peuples de Turquie et en particulier  au HDP.

Vive le la lutte des peuples en Turquie !

Vive la lutte pour la démocratie et le socialisme en Turquie !

Vive la lutte de peuple Kurde et son choix!

Le Rassemblement Organisé des Communistes Marxistes Léninistes (France)

Le 11 Octobre 2015

SOUTIEN SANS CONDITION A LA LUTTE D’EMANCIPATION NATIONALE, POLITIQUE ET SOCIALE DU PEUPLE KURDE !

GLOIRE A SES COMBATTANTS ET A SES MARTYRS !

VIVE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE !

Un attentat monstrueux a été commis à SURUC (Turquie), le 20 juillet 2015, au cours d’une conférence de presse rassemblant plusieurs centaines de jeunes de la SGDS, la fédération des associations des jeunes socialistes. Cette activité avait pour objet l’engagement de ces jeunes militants turco-kurdes pour se rendre au Kurdistan syrien pour aider à reconstruire la ville de Kobané mise en ruines lors des combats pour sa libération. Plus de 30 d’entre eux ont été tués et une centaine blessés.

Les gouvernants de l’Etat fasciste turc ont immédiatement désigné DAESH comme  auteur de cette tuerie.  Par cette manœuvre,  ils voudraient se disculper en désignant leurs amis de l’Etat Islamique (IS), masquer leur rôle de complices actifs de ces barbares, et faire croire qu’ils participent à la coalition anti-terroriste. Seuls les naïfs et les boutefeux impérialistes internationaux apporteront ou feront semblant d’accorder du crédit aux discours hypocrites d’Erdogan ou de Davotuglu.

Cet acte terroriste  contre ce type de rassemblement montre aussi leur peur que se développe et grandisse  la solidarité internationale  en faveur de la lutte du peuple Kurde.

Devant cet évènement dramatique innommable dont DAECH est coutumier, le ROCML tient à exprimer ses condoléances et son soutien aux familles des victimes, à leurs camarades de lutte, à leurs amis et à tout le peuple kurde et ses combattants.  Il dénonce les auteurs directs ou indirects de ce massacre (DAECH, les partis et le gouvernement fascistes d’Erdogan, qui travaillent la main dans la main contre les peuples de la région).

Il assure le SGDF et l’ensemble des forces révolutionnaires turques et kurdes de sa solidarité internationaliste totale.

Il appelle les ouvriers  de France et tous les anti-impérialistes et progressistes à manifester massivement avec leurs camarades kurdes et turcs le 25 JUILLET 2015, A PARIS, A 14 HEURES, PLACE DE LA REPUBLIQUE.

 

VIVE LA LUTTE DU PEUPLE KURDE POUR SES DROITS NATIONAUX ET POUR UNE SOCIETE LIBEREE DE L’EXPLOITATION ET DE TOUTES FORMES D’OPPRESSION !

ROCML  (RASSEMBLEMENT ORGANISE DES COMMUNISTES MARXISTES LENINISTES)

 

Le 21 juillet 2015

Solidarité avec les victimes du massacre de Suruc

Un nouvel attentat barbare a été perpétré aujourd’hui  à SURUC (Turquie) , face à Kobanê, faisant des dizaines de morts, essentiellement des jeunes de la Fédération de  l’Association des Jeunes Socialistes ( SGDF)  qui tenaient une conférence de presse pour annoncer leur engagement dans la reconstruction de Kobanê.

Suite à la défaite cuisante  infligée aux forces barbares de DAESH à Shengal (Sindjar), Kobanê, Girê Spî, par les  YPG (Unités de Défense du Peuple), le gouvernement  de l’AKP et ERDOGAN ont  coordonné  un nouveau massacre dans la ville de Suruc ( Pirsus). Alors que  plus de  trois cent jeunes,   en très grande majorité des jeunes Socialistes du SGDF,  étaient rassemblés au Centre Culturel   d’Amara pour une conférence de presse, une bombe (ou kamikaze) a explosé, faisant des dizaines  de morts et  des centaines des blessés.

Il  est évident que l’objectif de ce nouvel acte barbare est de briser la détermination du peuple kurde, des jeunes socialistes du SGDF et des forces solidaires avec la lutte légitime du peuple kurde. Ces attaques visent à anéantir les acquis du peuple kurde,  obtenus au prix d’immenses sacrifices  humains. La victoire de Shengal, de Kobane et de Girê Spî a infligé une défaite  sans  précédent   aux obscurantistes et  aux barbares de DAESH et à ses alliés.

Cet acte barbare a été commis  par DAESH, mais il ne fait aucun doute que  les  commanditaires     sont l’AKP, Recep Tayyip Erdogan et  l’Etat  Turc.

Suite  à  la  victoire aux élections du 07 juin  2015  du HDP (Parti Démocratique des Peuples)  et cela malgré le barrage de 10 %, l’AKP et Erdogan  ont  essuyé   une défaite sans précédent.  Après la victoire des kurdes à Rojava,   et celle aux élections du  HDP, Erdogan et son parti ont tenu des propos haineux,  extrêmement dangereux  préparant de cette façon,  le terrain à  un tel massacre.  Les barbares  qui ont commis cet acte pour le compte de l’AKP, ont plusieurs bases d’entrainements   à Akcakale, Kilis, Hatay et Suruc.  Ils sont formés par les gradés et les militaires turcs. Ces camps ont été de nombreuses fois filmés et photographiés par les médias internationaux.

Il y’a environ un an,  des centaines de poids lourds  chargés d’armes et de munitions étaient   envoyés par la Turquie à DAESH, alors qu’à ce jour,  la Turquie forme directement les militants  sur son sol.  Il  y a quelque jours,   Barak Obama,  le président des Etat unis, un des pays de la  coalition de lutte anti DAESH a déclaré «    la Turquie   doit cesser   de soutenir  DAESH ».  Cette déclaration est  une preuve de plus du soutien actif de la Turquie aux Barbares. Nous, les  Kurdes,  les socialistes Turcs, le parti communiste français et  tous ceux qui soutiennent  la lutte légitime du peuple kurde en particulier la victoire de Kobane, nous dénonçons ce nouvel acte barbare et  nous déclarons encore une fois que rien ne nous empêchera de poursuivre notre lutte  légitime  et   protéger nos acquis.

 Signataires :

ACTIT  SKB, Conseil démocratique kurde en France (CDKF),  YS ( Young Struggle)  Coordination  Démocratique Kurde en Europe, Mouvement des femmes Kurde en Europe Association de solidarité France Kurdistan, FEDA.

Appel à mobilisation urgente pour condamner l’attentat de Suruc en Turquie !

Des jeunes pleins d’espoir avaient pris la route pour participer, durant 6 jours, à la reconstruction de Kobané…

Une conférence de presse tenue par un groupe de 300 membres de la SGDF (Sosyalist Gençlik Dernekleri Federasyonu / Fédération des associations des jeunes socialistes) pour annoncer leur engagement dans la reconstruction de Kobané, ville Syrienne devenue le symbole de la résistance kurde face à DAESH, a été la cible d’une explosion sanglante dans la ville de Suruc, près de la frontière Syrienne, en Turquie. Le premier bilan du drame fait état d’une trentaine de morts et de plus d’une centaine de blessés.
Malgré une campagne active menée depuis plusieurs semaines et largement diffusée par la SGDF annonçant leur départ d’Istanbul pour la reconstruction de Kobanê, aucune mesure de sécurité particulière n’a été prise par les forces de sécurité turques.
Ce massacre vise à briser la solidarité internationale grandissante entre les peuples. Ce massacre vise notre liberté. Ce massacre vise notre humanité.
C’est pourquoi, nous lançons un appel massif à la presse et à l’opinion publique à condamner fermement ce massacre et d’exhorter l’Etat turc à ce que lumière et justice soient faites.

 

Manifestation le Samedi 25 Juillet 2015
Place de la République
à 14h
ACTIT
Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie