L’Ukraine, enjeu de la rivalité interimpérialiste entre USA, UE et Russie

Présentation du Dossier

Autour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est répandue une interprétation erronée de la constellation qui caractérise actuellement le système impérialiste capitaliste international. Prétendument, l’ennemi principal des peuples serait le bloc USA-UE-OTAN, et il faudrait soutenir l’opération de la Russie, laquelle se trouverait dans la situation d’un pays capitaliste obligé de se défendre contre un agresseur qui cherche à soumettre le monde à sa domination fasciste.

Dans cette partie du dossier "Impérialisme" nous présentons quelques documents qui font ressortir les éléments principaux des orientations opposées qui s’expriment ‑ et qui se concrétisent dans l’action des uns et des autres. Ci‑dessous, nous résumons quelques éléments historiques qui constituent l’arrière-plan des argumentations concernées.

L’OTAN

L’OTAN a été fondée en avril 1949 par 12 États, dont les USA, la France, la Grande-Bretagne, comme dispositif militaire dirigé contre l’URSS pour la défense des intérêts idéologiques, politiques et économiques des puissances capitalistes. En 1955 a été créé le Pacte de Varsovie, une alliance militaire qui regroupait autour de l’URSS l’Albanie (jusqu’en 1968), la RDA (Allemagne de l’Ouest) (jusqu’en 1990), la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Tchécoslovaquie. Le Pact fut dissous en 1991.

Dans un premier temps, l’espace géographique principalement concerné était l’Europe. En 1991 est adopté un "nouveau concept stratégique" selon lequel l’OTAN, présentée jusqu’ici comme une "alliance exclusivement défensive", s’affirme comme une force d’intervention. L’objectif consiste à "sauvegarder, par des moyens politiques et militaires, la liberté et la sécurité" de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Alléguant les carences des États européens, mission est donnée à l’OTAN d’assurer sur le continent la stabilité par l’intégration militaire de sa partie orientale, mais aussi, sous mandat de l’ONU, en menant des opérations dans les Balkans.

Dès la dissolution du bloc soviétique, la politique de partenariats devient un mécanisme essentiel de la stratégie de l’OTAN. En 1991, un premier partenariat est constitué, le "Conseil de coopération nord-atlantique" qui réunit les 22 États membres de l’OTAN et de l’ancien Pacte de Varsovie. En 1992, les 11 États de la Communauté des États indépendants (CEI) et l’Albanie sont inclus dans ce partenariat. Devenu en 1997 le "Conseil de partenariat euro-atlantique" (CPEA), il comprend 28 États membres de l’OTAN et 22 États partenaires (dont la Russie, les 11 États de la CEI et 10 États européens non membres de l’OTAN).

En 1999, des pays anciennement membres du pacte de Varsovie (République tchèque, Hongrie et Pologne) rejoignirent l’OTAN. En 2004, s’y ajoutent l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, puis en 2009 la Croatie et l’Albanie.

L’OTAN établit également des partenariats en Afrique et au Moyen-Orient. En 1994, est formé le "Dialogue méditerranéen", auquel participent l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, la Mauritanie, le Maroc, la Tunisie et Israël. En 2004 est lancée l’"Initiative de coopération d’Istanbul" (ICI), comprenant quatre pays du Conseil de coopération du Golfe (Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis). En outre sont mises en place des "activités en coopération" avec l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan, la Mongolie, la Corée du Sud, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

La Russie

Deux partenariats conclus par l’OTAN en 1997 revêtent un intérêt particulier, les partenariats OTAN-Russie et OTAN-Ukraine. Leur objectif est, en application du concept de capacités opérationnelles adopté au sommet de l’OTAN en 1999, d’améliorer "l’aptitude des forces de l’Alliance et des Partenaires à opérer ensemble lors des opérations du Partenariat pour la Paix dirigées par l’OTAN". Avec la Russie, un objectif est de l’engager plus avant dans le plan, adopté en 2002, d’action contre le terrorisme. S’agissant du partenariat avec l’Ukraine, la finalité est de conduire à son terme le processus de son intégration au Traité de l’Atlantique Nord.

Le concept de sphère d’intérêts russe est défini dès 1992 par "l’étranger proche", c’est à dire les 14 ex-républiques de l’ex-URSS. La Russie se porte garante de la sécurité de cette zone. Or en 2004, les 3 Pays Baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie rentrent dans l’Union européenne,

De 1991 à 2001, Boris Eltsine et Vladimir Poutine ne s’opposent pas aux USA. En mars 2000, Poutine déclare même : "J’ai du mal à concevoir l’OTAN comme un ennemi."

En 2006 l’Ukraine et la Géorgie expriment le souhait d’adhérer à l’OTAN, mais la France et l’Allemagne opposent leur refus. Cependant en 2008, à l’initiative des USA, l’OTAN adopte une position plus ouverte à ce sujet. La Russie lance alors une offensive censée protéger l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, deux territoires au sein de la Géorgie qui manifestent des tendances sécessionnistes. Ceux-ci déclarent leur indépendance. En 2013/2014, survient la crise ukrainienne qui débouche sur l’annexion de la Crimée par la Russie et renforce les clivages internes à l’Ukraine entre populations respectivement proeuropéens et prorusses, tandis que des forces séparatistes dans les régions du Donbass et de Lougansk entament des actions séparatistes.

Les divergences au sein du mouvement communiste et ouvrier international

La confrontation des orientations se concrétise par étapes.

SolidNet, février 2022 à octobre 2023

Depuis 1999 existe un réseau de solidarité connu sous l’intitulé Rencontres internationales de Partis communistes et ouvriers et qui dispose d’un site Internet http://solidnet.org. Au niveau européen a été constitué en 2013 un réseau similaire intitulé Initiative européenne de Partis communistes et ouvriers (ECI selon les initiales en anglais)[1], le site Internet associé étant https://www.initiative-cwpe.org.

Le 24 février 2022 débute l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le 28 février est publiée une déclaration signée par des partis participant à SolidNet. Sa teneur est principalement axée sur la paix comme objectif[2] :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

Pour la paix et une solution juste au conflit en Ukraine

Nous, les partis politiques soussignés, saluons la déclaration du Conseil Mondial de la Paix du 25 février 2022, qui : "Appelle toutes les parties au conflit russo-ukrainien à restaurer et garantir la paix et la sécurité internationale par un dialogue politique constructif […]".

Sur cette base, nous, soussignés […] exhortons le Conseil de sécurité des Nations Unies et les pays neutres et non alignés à convoquer des pourparlers visant à désamorcer le conflit et à jeter les bases d’un règlement permanent, stable et pacifique de toutes les questions substantielles nuisant aux relations russo-ukrainiennes. […]

Arrêtez la guerre, commencez la paix!

Parmi les signataires figure le PCF.

 

 

Le 3 mars est publiée une déclaration signée par un grand nombre de partis participant à SolidNet[3] :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

Non à la guerre impérialiste en Ukraine!
Une lutte indépendante est nécessaire contre les monopoles et les classes bourgeoises, pour le renversement du capitalisme, pour le renforcement de la lutte des classes contre la guerre impérialiste, pour le socialisme!

Les partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration commune sont opposés au conflit impérialiste en Ukraine […].

Les développements en Ukraine, qui se déroulent dans le cadre du capitalisme monopolistique, sont liés aux plans des USA, de l’OTAN et de l’UE et à leur intervention dans la région dans le contexte de leur concurrence féroce avec la Russie capitaliste pour le contrôle des marchés, matières premières et réseaux de transport du pays. […]

La décision de la Fédération de Russie de reconnaitre dans un premier temps "l’indépendance" de ce qu’on appelle les "Républiques populaires" dans le Donbass, puis de procéder à une intervention militaire russe […] a été […] prise […] pour promouvoir les intérêts des monopoles russes sur le territoire ukrainien et leur concurrence féroce avec les monopoles occidentaux. […]

Parmi les signataires en dehors de SolidNet figurent le PCRF et le PR Communistes.

 

 

Les 27-29 octobre 2022 se tient la 22e Rencontre internationale de Partis communistes et ouvriers, à La Habana à Cuba.

Deux résolutions qui s’opposent sont soumises à signatures.

Une résolution proposée par le KPRF et le RKRP :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

La lutte contre l’impérialisme des USA et de l’OTAN en quête d’hégémonie mondiale est la tâche clé des forces progressistes

[Le texte ici ]

Parmi les signataires participant à SolidNet figurent :

KPRF – Parti communiste de la Fédération de Russie
[Коммунистическая партия Российской Федерации]

RKRP – Parti communiste ouvrier russe
[Российская коммунистическая рабочая партия]

KPU – Parti communiste d’Ukraine
[Коммунистическая партия Украины]

Parti communiste d’Azerbaïdjan

Parti socialiste des travailleurs de Croatie

Parti communiste unifié de Géorgie

Parti communiste de Kazakhstan

Parti socialiste de Lettonie

Parti des communistes de la République de Moldavie

Parti des Communistes de Serbie

Nouveau Parti communiste de Yougoslavie

Parmi les signataires en dehors de SolidNet figurent le PRCF ainsi qu’un certain nombre d’organisations russe et ukrainiennes :

OKP(R) – Parti communiste unifié (Russie)
[Объединенная коммунистическая партия (Россия)]

RPR – Parti des travailleurs de Russie
[Рабочая партия России]

RFD – Front ouvrier du Donbass
[Рабочий Фронт Донбасса]

KRO-LNR – Organisation communiste ouvrière de la République populaire de Lougansk
[Коммунистическая рабочая организация-Луга́нская Наро́дная Респу́блика]

RFU – Front du travail d’Ukraine
[Рабочий Фронт Украины]

BRO KPSS – Organisation républicaine biélorusse du PCUS
[Белорусская республиканская организация КПСС]

Parti communiste de la République d’Abkhazie

Parti communiste de l’Ossétie du Sud

 

 

Une autre résolution proposée par le SKU[4] :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

Résolution sur la guerre impérialiste sur le territoire de l’Ukraine

[Le texte ici ]

Parmi les signataires en dehors de SolidNet figurent le PCRF et le PR Communistes

 

 

Les 20-22 octobre 2023 se tient la 23e Rencontre internationale de Partis communistes et ouvriers, à Izmir en Turquie.

À nouveau deux résolutions qui s’opposent sont soumises à signatures.

D’une part :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

La lutte contre l’agression des USA et de l’OTAN qui recherchent l’hégémonie mondiale et encouragent le fascisme est la tâche de toutes les forces progressistes!

[Le texte ici ]

Parmi les signataires participant à SolidNet figurent :

KPRF – Parti communiste de la Fédération de Russie
Коммунистическая партия Российской Федерации

KPSS – Parti communiste de l’Union soviétique
Коммунистическая партия Советского Союза

SKP‑KPSS – Union des partis communistes‑Parti communiste de l’Union soviétique
[Сою́з коммунисти́ческих па́ртийКоммунисти́ческая па́ртия Сове́тского Сою́за]

RKRP – Parti communiste ouvrier russe
Российская коммунистическая рабочая партия

KPU – Parti communiste d’Ukraine
Коммунистическая партия Украины

Parti communiste d’Azerbaïdjan

Parti communiste de Biélorussie

Parti socialiste des travailleurs de Croatie

Parti communiste unifié de Géorgie

Parti des Communistes de Serbie

Nouveau Parti communiste de Yougoslavie

Parmi les signataires en dehors de SolidNet figurent un certain nombre d’organisations russe et ukrainiennes :

OKP(R) – Parti communiste unifié (Russie)
[Объединенная коммунистическая партия (Россия)]

RFD – Front ouvrier du Donbass
[Рабочий Фронт Донбасса]

KRO-LNR – Organisation communiste ouvrière de la République populaire de Lougansk
[Коммунистическая рабочая организация-Луга́нская Наро́дная Респу́блика]

CKY – Union des communistes d’Ukraine (en Ukraine) *
Союз коммунистов Украины (на Украине)

RFU – Front du travail d’Ukraine
[Рабочий Фронт Украины]

BRO KPSS – Organisation républicaine biélorusse du PCUS
Белорусская республиканская организация КПСС.

Parti des socialistes de Lettonie

Mouvement socialiste de Lituanie

 

*   La signature au nom de l’Union des communistes d’Ukraine est le fait de quelques individus ayant usurpé le site Internet de la CKY[5]

     (https://un-comm-ukr.ucoz.ru)

 

 

Et de l’autre part :  

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

Solidarité avec les peuples en lutte et contre la guerre impérialiste
sur le territoire de l’Ukraine

[Le texte ici ]

Parmi les signataires en dehors de SolidNet figurent le PCRF et le PR Communistes.

 

 

Plateforme antiimpérialiste mondiale à partir d’octobre 2022

Le clivage aboutit à la constitution d’un nouveau regroupement dénommé "Plateforme anticapitaliste mondiale". Celui-ci fait la promotion de l’orientation qui se focalise sur "l’agression des USA et de l’OTAN qui recherchent l’hégémonie mondiale".

La 1re Conférence internationale de la Plateforme antiimpérialiste mondiale se tient le 14 octobre 2022 à Paris. Elle publie une déclaration :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

[Le texte complet ici ]

La marée montante de la guerre mondiale et les tâches des antiimpérialistes

[…] nous pensons qu’il est d’une importance vitale que les communistes et les antiimpérialistes fassent cause commune dans le monde entier au sein d’un large front antiimpérialiste, et qu’ils expliquent aux travailleurs du monde entier que ce n’est pas à la Russie et à la Chine qu’il faut s’opposer, mais aux puissances impérialistes, dirigées par l’OTAN, et avec les États-Unis en tête. […]

 

 

D’autres conférences suivent.

La 3e Conférence internationale de la Plateforme antiimpérialiste mondiale se tient le 4 Mars 2023 à Caracas au Venezuela. Elle publie une déclaration :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

L’Amérique latine a un rôle vital à jouer
dans la lutte antiimpérialiste mondiale

[Le texte complet ici ]

 

 

La 5e Conférence internationale de la Plateforme antiimpérialiste mondiale se tient le 25 novembre 2023 à Athènes. Elle publie une déclaration :

 

—————————————————————————————————————————————————————

 

Le monde entre dans une nouvelle ère de lutte anti-impérialiste

[Le texte complet ici ]

 

 

Les arguments développés

Nous reproduisons également les discours tenus à l’occasion des différentes rencontres et conférences, de la part des principaux acteurs directement concernés.

SKU – Union des Communistes d’Ukraine

KPRF – Parti communiste de la Fédération de Russie

RKRP – Parti communiste ouvrier russe

SKP-KPSS – Union des partis communistes‑Parti communiste de l’Union soviétique

 



[1]. Les divergences apparues au sein de l’ECI en relation avec la guerre autour de l’Ukraine ont conduit à ce qu’il soit mis fin à ses activités en septembre 2023. En novembre 2023 a été constitué un regroupement alternatif, l’Action communiste européenne (ECA selon les initiales en anglais). Ce dernier est orienté selon l’analyse qui considère que la situation actuelle se caractérise par une rivalité interimpérialiste opposant notamment les USA et la Russie entre eux.

[2]http://solidnet.org/article/CP-of-Britain-CP-of-Ireland-Tudeh-Party-of-Iran-FOR-PEACE-AND-A-JUST-SOLUTION-TO-THE-CONFLICT-IN-UKRAINE-Joint-statement-by-Communist-and-workers-parties/

[3]http://solidnet.org/article/Urgent-Joint-Statement-of-Communist-and-Workers-Parties-No-to-the-imperialist-war-in-Ukraine/

[4]Union des Communistes d’Ukraine (UCU)
[Союз коммунистов Украины, en ukrainien Союз комуністів України (СКУ/SKU)]

[5]. Cf.
http://www.idcommunism.com/2023/03/letter-by-union-of-communists-of-ukraine.html